Une loi israélienne criminalisera les partisans du boycott

lundi 21 juin 2010, par Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient

Montréal, 21 juin 2010 - 25 membres de la Knesset ont déposé la semaine dernière un projet de loi visant à sanctionner tout citoyen ou organisation appelant à un boycott économique ou académique d’Israël. Le projet de loi concerne tout ceux qui lancent, encouragent ou fournissent une aide et des informations sur le boycott d’Israël, qu’ils se trouvent en Israël même ou à l’étran-ger. Quiconque allant à l’encontre de la loi devra verser une compensation à ceux touchés par le boycott. Initié par le lobby Terre d’Israël, le projet de loi a été approuvé par des membres de différents partis, dont le Likoud et Kadima, et les 10 présidents des commissions parlementaires.

Selon le projet de loi, tout citoyen ou organisme israélien pourra être poursuivi par quiconque ayant subi un dommage en raison du boycott et être condamné à payer une amende d’au moins 30 000 shekels ( 8 000$ CDN.) Sont particulièrement visés ici les universitaires qui appellent en Israël ou depuis l’étranger au boycott économique ou académique d’Israël. Des organisations israéliennes telles que la Coalition des femmes israéliennes pour la paix et Boycott ! pourraient également être affectées par la nouvelle loi.

Le projet prévoit également que le ministère de l’Intérieur israélien interdira à tout citoyen étranger d’entrer en Israël pour une période de 10 ans s’il est avéré qu’il ait participé activement au boycott d’Israël. Les États ou organisations étrangères sont aussi visés, y compris l’Autorité palestinienne (AP). Ces derniers ne pourront plus utiliser leurs comptes bancaires israéliens et verront leurs avoirs gelés afin de servir d’indemnités aux entreprises et institutions israéliennes touchées par le boycott. Israël pourrait ainsi bloquer le transfert des recettes fiscales qu’il encaisse pour l’AP, faisant une retenue à hauteur des pertes engendrées par le boycott des produits issus des colonies israéliennes en territoire palestinien.

Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) déplore l’annonce d’un tel projet de loi à la Knesset. « Il est étonnant qu’il n’y ait pas d’introspection en Israël face à la campagne BDS », déclare le président de CJPMO, Tom Woodley. « Plutôt que de se pencher sur les motifs à la base du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions, ces politiciens israéliens ont choisi de punir les individus cherchant à exprimer leur désaccord envers la politique du gouvernement israélien de manière non violente ».

Le projet de loi semble avoir été grandement motivé par le boycott palestinien des produits des colonies israéliennes, lequel boycott a déjà eu un impact significatif sur le plan économique. En avril dernier, les dirigeants palestiniens avaient en effet adopté une nouvelle loi interdisant la vente de produits fabriqués dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée. La même loi interdit également le travail dans ces colonies.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec :
Grace Batchoun
Canadiens pour la justice et paix au Moyen-Orient
Téléphone : (514) 745-8491


Voir en ligne : Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO)

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Publications

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Boycott, désinvestissement et sanctions sur Israel

Israël a désormais sa loi raciale

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca