En réponse au Forum national du gouvernement Charest

Un forum populaire alternatif pour un québéc solidaire

samedi 2 octobre 2004, par Lorraine GUAY

D’ici quelques semaines, le gouvernement libéral-conservateur de Jean Charest tiendra un « Forum national », qui se fera à huis clos ! Face à cette situation, le Réseau de vigilance a entrepris de mobiliser au grand jour l’ensemble des mouvements sociaux québécois en vue d’un « Forum populaire alternatif », les 6 et 7 octobre, au Palais des congrès de Montréal. Quelque 800 participants et participantes sont attendus, venant de toutes les régions, de tous les secteurs et groupes de la société québécoise : femmes, jeunes, écologistes, syndiqués, personnes assistées sociales, étudiants, etc.

Reportons-nous au printemps dernier. Le gouvernement Charest est à son plus bas dans les sondages, à la suite de l’imposition autoritaire d’une série de politiques antisociales et à une année d’affrontement avec le mouvement syndical et populaire. Le premier ministre n’a plus le choix : à défaut de changer de cap, il doit changer de ton. C’est alors qu’il annonce et organise, dans la plus grande improvisation, des forums régionaux où il invite les Québécoises et les Québécois à « briller parmi les meilleurs ! » Un Forum national doit clôturer cette ronde de « consultations » régionales en faisant consensus sur les constats quant à la « crise » des finances publiques et au choc démographique. Une fois le tour de piste complété, la population devrait avoir enfin compris les nobles projets du gouvernement pour le Québec !!...

Devant cette caricature de consultations que constituent ces forums, beaucoup de personnes refusent d’y participer. Le Réseau de vigilance, pour sa part, invite la population à « briller par sa solidarité à l’extérieur ». Il faut un forum alternatif pour dire que la population a parfaitement compris le message et le messager, et qu’une majorité de citoyens et de citoyennes n’en veulent pas.

Avoir la mémoire longue

Le Réseau de vigilance refuse en effet de souscrire à la vision catastrophiste que prône le gouvernement Charest, vision simpliste et réductrice de la société québécoise et particulièrement des finances publiques et de la démographie. Vision dont le but est de réduire la société à un espace marchand et de l’enfoncer davantage dans la mondialisation néolibérale. Nous faisons un diagnostic autre, qui, sans nier les enjeux majeurs qui nous attendent, mise sur les forces et les richesses du Québec pour construire son avenir. C’est un des principaux objectifs du Forum alternatif.

S’il a changé de ton et de stratégie de communication, s’il s’est refait une beauté lors de sa partie de bras de fer avec son homologue canadien, force nous est de constater que le gouvernement Charest maintient le cap sur la « modernisation-réingénierie » de l’État. Après les lois et mesures anti-sociales et anti-syndicales de sa première année au pouvoir, il poursuit sur sa lancée avec la mise en œuvre des partenariats public-privé, une réforme de l’aide sociale qui nous fait reculer de trente ans, l’appauvrissement des étudiants (diminution des bourses) et la remise en cause des cégeps, les coupures massives de postes dans la fonction publique, des augmentations de tarifs en services de garde et des coûts de l’assurance-médicament et de l’électricité, des reculs majeurs annoncés pour les personnes handicapées, une politique de reconnaissance des organismes communautaires reçue comme une gifle par les organismes concernés, l’ombre de la centrale du Suroît qui continue de planer sur l’avenir énergétique du Québec, les menaces qui pèsent toujours sur Télé-Québec, et la liste pourrait s’allonger encore et encore. Mais nous avons d’autres visions et d’autres ambitions pour le Québec.

Passer du « je m’oppose » au « je propose »

Le Forum alternatif se veut certes un geste politique d’opposition aux mesures « réingénieriales » du gouvernement Charet, anciennes ou nouvelles. Mais les participants seront aussi invités à proposer d’autres visions du Québec dans lequel nous voulons vivre, à définir les grands choix de société, à mettre sur table des perspectives à la fois réalistes, pragmatiques et porteuses d’avenir pour la société québécoise.

Le Forum populaire alternatif vise à ce que les mouvements sociaux proposent un nouvel agenda politique et social sur trois thèmes bien précis qui sont autant de défis pour le Québec, soit : l’économie autrement, les biens et services publics et le développement solidaire du territoire. Chaque thème sera abordé du point de vue du rôle de l’État, des droits et des libertés publiques, et, enfin, de la démocratie et d’une citoyenneté active, responsable et critique.

Les participants et participantes prendront la parole pour déterminer quel message politique envoyer au Forum national et à l’ensemble du gouvernement Charest. Pour paraphraser un proverbe africain, s’il faut tout un village pour éduquer un enfant, il faut toute une société pour empêcher ce gouvernement de faire plus de dégâts. Il faut toute une société pour proposer des raisons de « vivre ensemble » dans l’égalité et la solidarité. Le Forum populaire alternatif s’est fixé cet objectif : rien de moins !


L’auteure est porte-parole du Réseau de vigilance qui regroupe plusieurs groupes communautaires, des ONG et des centrales syndicales.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 11 - No. 02

La catastrophe imminente

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Lorraine GUAY

Pour un Embargo militaire contre Israël

Plus d'articles :  1 | 2 | 3

Articles sur le même sujet

Mouvements sociaux

Les fermiers comme piliers de la nation indienne, vraiment ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca