« Un autre monde est possible, mais encore faut-il s’en donner les moyens »

mercredi 30 octobre 2002, par Sébastien BOUCHARD

« Un autre monde est possible, mais encore faut-il s’en donner les moyens », a lancé Emilia Castro, vice-présidente du Conseil central de la CSN (section Québec-Chaudière-Appalaches) et porte-parole de la Coalition régionale des femmes contre la violence et la pauvreté, lors du Forum social régional (FSR) de Québec et Chaudière-Appalaches. Un pari remporté.

Dans la foulée du Forum social mondial (FSM) de Porto Alegre, ce FSR a rassemblé 200 participants des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches, du 17 au 19 septembre, pour mieux identifier les conséquences locales de la mondialisation néolibérale et mieux coordonner leurs efforts pour y résister. Une grande partie des personnes présentes provenait de syndicats ou de groupes de femmes, étudiants, écologistes, politiques, populaires et communautaires.

Le néolibéralisme chez nous

Pour les participants, qui se sont concentrés dans un premier temps sur les réalités sociales, économiques et politiques propres à la région, il est clair que « les gouvernements ont échoué dans leur rôle de redistribution des richesses » et se sont faits complices de la « marchandisation croissante de différents aspects de la vie collective ».

Les effets du désengagement de l’État, encouragé par les institutions financières internationales et les accords de libre-échange, sont particulièrement visibles dans la région de Québec, où 31 % de la population active travaille dans les services publics. D’ici 2010, 21 000 personnes auront quitté la fonction publique. Pourtant, le président du Syndicat de la fonction publique du Québec (section Québec-Chaudière-Appalaches), Paul Pelletier, a fait remarquer qu’« aucun des trois partis politiques ne parle de renouvellement. Le désengagement de l’État se traduit par une attaque en règle contre les services publics et contre les travailleurs de l’État, ce qui implique une diminution des services à la population, voire leur disparition. »

De son côté, le vice-président de l’Association des étudiants en sciences sociales de l’Université Laval, Simon Carreau, a rappelé l’effet des coupures et des réformes dans le financement et la vocation de l’université, prenant l’exemple des contrats de performance : « Par ceux-ci, le gouvernement pousse les universités à devenir rentables, compétitives et performantes pour le marché international de l’éducation. Par exemple, à l’Université Laval, l’administration a dû encore imposer une hausse des frais de 180 dollars par année pour éponger son déficit, tel que convenu dans son contrat de performance. »

Les impacts dévastateurs des politiques néolibérales de nos gouvernements sont tout aussi visibles dans les autres secteurs comme l’environnement, l’alimentation, l’immigration, les droits sociaux, la santé, la culture, etc., ce qui a amené les participants à souligner l’urgence de mener des débats sur la démocratie participative, le scrutin proportionnel et la construction d’une alternative politique de gauche.

NON À LA ZLÉA !

Parmi les moyens d’action à opposer à la mondialisation néolibérale, la formation et l’éducation populaire au sein des organisations et auprès de la population sont la première des priorités, entre autres par une « valorisation et une consolidation » des médias alternatifs. Aucun changement à long terme n’est envisageable sans la sensibilisation du grand public quant à la condition des femmes, aux inégalités Nord-Sud, à la privatisation, aux réformes néolibérales, aux coupures budgétaires, à la sujétion de nos gouvernements aux diktats des institutions financières, etc.
C’est ainsi que la lutte à la ZLÉA est clairement ressortie au nombre des consensus. Toute la population a été invitée à participer aux Journées de résistance continentale contre la ZLÉA, qui se sont traduites par une grève étudiante le 31 octobre, et à la campagne d’éducation populaire nationale sur la ZLÉA cet automne. L’objectif étant d’amener le plus grand nombre possible de citoyens à se prononcer contre la ZLÉA lors d’une consultation populaire, dont les résultats seront connus au printemps 2003.

Autre action isncrite à l’agenda des citoyens : la marche du 23 octobre pour le financement autonome des groupes communautaires organisé par le Regroupement d’éducation populaire et d’action communautaire (RÉPAC), le Regroupement des organismes communautaires (ROC) et le Regroupement des groupes de femmes (RGF).


L’auteur est responsable du bureau d’Alternatives à Québec.

Les participants au FSR seront invités à participer à l’assemblée de constitution d’un comité permanent qui veillera entre autres à recruter de nouveaux groupes et militants et à favoriser la diffusion de l’information entre les groupes et vers la population. Pour accéder à la déclaration finale et à d’autres documents issus de la rencontre, visitez le www. oqp2001.org/forumsocial/.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 - No. 03

Du coeur en baume

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Sébastien BOUCHARD

L’héritage du Sommet des Amériques

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Articles sur le même sujet

National (Québec, Canada)

La gentrification à Parc-Extension : conséquences et pistes de solution

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca