Récit

Sur mon père

de Tatiana Tolstoï, fille de Léon Tolstoï

lundi 21 avril 2003, par France-Isabelle LANGLOIS

C’est un petit récit intimiste qui nous est livré ici, non sans quelque douleur. Témoignage écrit par l’aînée des filles de Léon Tolstoï, Tatiana, dans un français simple et épuré. Témoignage sur le père, son père, pas n’importe lequel. C’est de l’auteur de Guerre et Paix dont il est question : œuvre magistrale parmi toutes. Près de 2000 pages sur la guerre qui opposa l’armée de Napoléon à la Russie, mais surtout une description de la société russe, de ses misères, de ses structures sociales, politiques et économiques.

Lassée des fausses interprétations sur les relations de ses parents, publiées à tous vents au début du siècle dernier, Tatiana Tolstoï a tenu à réhabiliter la vérité. C’est ainsi qu’elle écrit : « Dans ces livres, les faits relatés sont en général exacts, mais pour reprendre une expression de notre Nicolas Gogol, il n’y a rien de pire qu’une vérité qui ne soit pas vraie. » Quant à Tolstoï, celui-ci aurait dit sur son lit de mort, à son fils aîné : « Serge ! J’aime la vérité… beaucoup… j’aime la vérité. »

Ainsi nous est-il permis d’entrer dans l’univers familial et créatif d’un des plus grands écrivains russes connus jusqu’à présent. On découvre alors un homme qui soudainement décida de vivre, jusqu’à l’extrême limite, en accord avec ses principes de justice sociale, se débarrassant de la propriété de tout bien, y compris ses livres, ses droits d’auteur. Régime qu’il voulut imposer à sa femme, fidèle compagne qui recopiait tous ses écrits, ainsi qu’à ses enfants. D’où les tensions entre le couple qui s’aimait pourtant d’un amour véritable, et si tendrement, selon le souvenir qu’en conserva l’enfant qu’avait été Tatiana.

Publié pour la première fois dans un numéro spécial de la revue Europe en 1928, voici Sur mon père republié dans un très joli format aux Éditions Allia. Pour écrire « sur son père », Tatiana s’est inspirée à la fois de ses propres souvenirs et des nombreuses lettres que s’écrivaient ses parents. Vérité, quelle vérité ? Du moins est-ce celle de la propre enfant de Tolstoï. Très beau, touchant, déconcertant. Cela permet une relecture de l’homme et de son œuvre.


France-Isabelle Langlois, rédactrice, journal Alternatives.

SUR MON PÈRE, de Tatiana Tolstoï, Paris, Éditions Allia, 2003 (1928), 123 pages.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 - No. 08

L’honorable dissident

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

France-Isabelle LANGLOIS

Militante pour la vie

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Pauvreté

Les défis des vingt ans d’Alternatives

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca