CEDETIM- France

Soutenir l’opposition israélienne à la politique de Sharon

, par Monique CRINON, Sonia FAYMAN

Photo : Monique Simard / Alternatives

Le CEDETIM est partie prenante d’une action qui se déroule depuis un an dans le cadre d’un comité créé en mai 2001 sous le nom de SICO : Solidaires des Israéliens contre l’occupation.

Ce comité est lié à la renaissance d’un mouvement pour la paix en Israël, sur les décombres, pourrait-on dire, du mouvement de la paix qui s’est effondré après l’échec du processus d’Oslo. La solidarité internationale exige le soutien à de tels mouvements pour la liberté et l’indépendance au sein des pays colonisateurs, et qui sont en butte à l’opinion publique et à la répression.

Il est significatif, à cet égard, que l’initiative à l’origine de la création de ce comité ait réuni, en mai 2001, un objecteur de conscience israélien et un ancien déserteur de l’armée française en Algérie, pour un débat autour de la projection du film On tire, on pleure réalisé par le cinéaste israélien David Benchetrit. Devant l’affluence et l’attente manifeste des participants, il était évident qu’il ne fallait pas en rester là. Le SICO a donc été créé en juin 2001.

Convaincus que la politique de Sharon conduit à la négation des droits légitimes du peuple palestinien, mais aussi à l’absence de sécurité pour les Israéliens et à la restriction de leurs propres libertés, les membres du SICO ont décidé de faire connaître et de soutenir l’action des Israéliens qui « refusent cette politique coloniale contre le peuple palestinien, exigent le gel des colonies puis leur démantèlement, militent pour le retrait d’Israël des territoires occupés et pour le droit des Palestiniens à un État souverain, revendiquent le droit aux conscrits israéliens de ne pas servir dans les territoires occupés... » (extraits de la plate-forme du SICO)

Le comité, qui a le soutien du CEDETIM, de Union juive française pour la paix (UJFP) et de l’Organisation communiste libertaire (OCL), est indépendant dans ses orientations et ses choix. Le SICO a organisé, en novembre 2001, un meeting auquel participait également Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine en France, avec cinq représentants du camp de la paix en Israël : la Coalition des femmes pour une paix juste, les Médecins pour la paix, Gush-Shalom (le bloc de la paix créé par Uri Avneri), Yesh Gvul (« il y a une limite », organisation d’objecteurs) et la Histadrout (le syndicat représenté par un syndicaliste arabe israélien). Tout dernièrement, en mai 2002, le SICO a pris une autre initiative : celle d’organiser une tournée en France de deux officiers israéliens signataires du manifeste Le Courage de refuser qui refusent de servir dans les territoires palestiniens occupés.

Ces meetings ont eu un impact important dans plusieurs milieux et cercles politiques en France. Non seulement, chaque fois, une grande partie de l’assistance découvrait l’existence de cette résistance à la pensée dominante en Israël et se montrait extrêmement intéressée par les récits de ces Israéliens. Mais la présence et la parole d’opposants israéliens ont eu deux autres effets notables : elles ont contribué à l’ébranlement des certitudes parmi des Juifs de France, et elles ont apporté aux militants strictement propalestiniens en France, une conception plus large du soutien à la création d’un État palestinien viable et souverain.

La venue des refuzniks a constitué un élément très important. En effet, pour eux, il n’y a pas de contradiction entre la fidélité à son histoire, à sa famille, à son pays et les valeurs universelles qui imposent la fin de l’occupation. Sans sous-estimer le sentiment d’une menace existentielle ni la peur du néant qui habitent Israël et souvent les communautés juives, ce mouvement affirme qu’un élément constitutif de cette menace est l’impossibilité pour les Palestiniens d’accéder à une vie digne et libre.
C’est dans cette ligne que le SICO entend agir, aux côtés de ceux qui, en Israël, ont le courage de s’opposer, en actes, aux menées coloniales de leur gouvernement.

Sonia Fayman et Monique Crinon, pour le CEDETIM, sico99@aol.com_


Le CEDETIM, fondé à Paris en 1967, est un centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale. Cette solidarité est conçue comme une valeur culturelle fondamentale qui se situe dans la continuité d’une tradition internationaliste et s’inscrit dans un projet ayant pour objectif la transformation de la société, en France comme ailleurs, dans le sens d’une plus grande liberté, d’une plus grande égalité, d’une meilleure justice sociale, d’un monde construit par tous les peuples. Elle est fondée sur le respect des droits fondamentaux individuels et collectifs. Convaincu qu’un peuple qui en domine un autre n’est pas un peuple libre.

Retrouvez tous les mois la chronique de nos amis français du CEDETIM, dans le journal Alternatives !

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 08 - No. 10

Pied-de-nez à la société

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Monique CRINON

Deux jeunesses, deux combats

Plus d'articles :  1 | 2

Articles sur le même sujet

Moyen-Orient

L’assassinat de Qassem Soleimani et la marche vers la guerre

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca