Sortons le Québec du nucléaire

mardi 19 mai 2009

Lors de son Assemblée général annuelle 2009 tenue à Gatineau, l’Union des Municipalités du Québec a accueilli favorablement une résolution prônant l’arrêt de la production d’énergie électronucléaire au Québec ainsi que l’adoption, par le gouvernement du Québec, d’une loi interdisant la gestion permanente des déchets radioactifs en territoire Québécois.

Le Conseil d’administration de l’UMQ a confié à sa commission énergie et environnement le mandat d’analyser les tenants et aboutissants de la résolution présentée par le maire d’Amqui, Gaëtan Ruest et secondé par le conseiller de la ville de Québec Gérald Poirier. La commission présentera son rapport au CA pour approbation.

Selon le maire de la ville d’AMQUI, depuis que le gouvernement de René Lévesque a adopté un moratoire (1979) sur la construction de centrales nucléaires au Québec et que Robert Bourassa a affirmé que jamais le Québec n’autoriserait la gestion permanente des déchets nucléaires sur son territoire, les québécois et les québécoises attendent avec impatience la fin du nucléaire au Québec.

La proposition de résolution du maire Gaëtan Ruest présentée au congrès annuel de l’UMQ suggère plutôt au gouvernement de Jean Charest d’orienter les investissements de 2 milliards de dollars prévus pour la reconstruction du réacteur nucléaire de G-2 à la sécurisation complète du site nucléaire d’Hydro-Québec ainsi qu’à la modernisation de la politique énergétique du Québec.

Pour le maire Ruest, une telle modernisation passe d’avantage par des investissements dans la conservation de l’énergie par approche communautaire, par l’efficacité énergétique, une gestion intelligente de la demande et la production d’énergie par les renouvelables dans une perspective décentralisée. Selon ses dires : « Le Premier ministre Charest à l’opportunité de mettre tout le Québec à l’ouvrage en investissant dans de vastes programmes de réhabilitation immobilières qui prioriseront les mesures de conservation et d’efficacité énergétique ainsi que l’intégration au réseau d’Hydro-Québec de la production d’énergie renouvelable et décentralisée telle l’éolien, le solaire et la géothermie. »

Le maire Ruest insiste sur le fait qu’un tel chantier favoriserait toutes les municipalités du Québec et impliquerait les travailleurs de tous les secteurs d’activités dépendant de la construction. Il souligne également que sa résolution tient compte des travailleurs du nucléaire de Bécancour en proposant la sécurisation du site nucléaire d’Hydro-Québec et l’acquisition de l’expertise au Québec en déclassement des réacteurs nucléaires. « Un marché évalué à mille milliards de dollars pour le déclassement des infrastructures nucléaires dans le monde est à la portée des québécois. Les travailleurs du nucléaire au Québec sont en mesure de relevé ce défi et ainsi contribuer à solutionner les problèmes mondiaux découlant de l’utilisation du nucléaire. »

Pour le maire d’Amqui, première ville du Québec à avoir adhérer au tout nouveau mouvement citoyen MCN 21, la résolution vise à assurer la sécurité d’approvisionnement et l’autosuffisance en énergie du Québec dans un contexte de développement durable et socialement responsable.

Et Monsieur Ruest de conclure : « Pour nos enfants et les enfants des enfants de nos enfants, Sortons le Québec du Nucléaire. »

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Autres articles

Le Canada va accroître son appui à l’impérialisme français au Mali

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca