Silence ! On tourne aussi au Sri Lanka

vendredi 22 août 2003, par France-Isabelle LANGLOIS

Prasanna Vithanage, cinéaste sri lankais, est à Montréal cette semaine pour présenter son dernier film, Soleil d’août, en compétition officielle au Festival des films du monde (FFM). Si le réalisateur est un parfait inconnu pour le public québécois, que dire du cinéma sri lankais dans son ensemble ? Le FFM sera sans doute l’occasion de découvrir, entre autres, un cinéma et un pays passés sous silence.

Rejoint il y a quelques jours à Colombo, la capitale du Sri Lanka, Prasanna Vithanage était visiblement plus qu’heureux que l’on s’intéresse à lui et à son travail, avant même son arrivée à Montréal. D’emblée, il tient à exprimer son bonheur de participer à un festival comme celui de Montréal, qui porte une attention particulière, selon lui, au cinéma étranger : « Je suis très excité d’y présenter mon film. »

On s’en doute, si Soleil d’août est le cinquième film du cinéaste, âgé de 41 ans, aucun de ses autres films n’a déjà été projeté sur nos écrans, même s’ils ont remporté plusieurs prix, au Sri Lanka comme à l’étranger. En fait, ils ne sont nulle part distribués en Amérique du Nord. Son avant-dernier film, Death on a Full Moon Day, a pourtant gagné le prix du meilleur film au Festival international du film d’Amiens en France en 1997, alors qu’il avait été interdit par le gouvernement sri lankais, sous prétexte que cette œuvre allait porter un coup au moral des troupes. Le film, de fait, dresse le portrait de l’armée sri lankaise au front. Une armée composée de jeunes gens affamés, réduite à n’être que de la chair à canon.

Au bout du sous-continent

Le Sri Lanka est un petit pays perdu au bout du sous-continent, entouré de l’océan Indien. Un petit pays d’à peine plus de 18 millions d’habitants, déchiré par une guerre civile qui perdure depuis plus de 20 ans, surtout marquée par le mouvement séparatiste tamoul. Comme dans plusieurs autres pays en développement, petits et pauvres, ce genre de tensions intercommunales crée un climat suspicieux au sein de la classe politique qui, construite dans ce cas sur le modèle de la république démocratique et menant pour l’heure un projet de fédéralisation, n’en demeure pas moins encline à la répression.

Voilà, semble-t-il, la trame de fond de tous les films de Prasanna Vithanage, qui dit faire des oeuvres « qui mettent en scène des individus qui se battent contre le système ». Des films à l’image même du cinéaste, selon toutes vraisemblances. Ce n’est certes pas facile de critiquer ouvertement et franchement la société et le gouvernement sri lankais. C’est sans doute encore plus difficile caméra au poing. À cette difficulté, il faut ajouter la quasi-inexistence du financement et du soutien, ne serait-ce que logistique, de l’État.
Pourtant, lorsque l’on évoque ces contraintes, le réalisateur n’en fait pas un cas outre mesure. « Oui, bien sûr que ce n’est pas facile de faire du cinéma dans un pays ravagé par la guerre civile. Mais quand je lis sur les réalisateurs d’autres pays où le contexte est tout aussi difficile, je me dis que ce n’est pas pire qu’ailleurs. »

Une lueur d’espoir

N’empêche, selon le Asian Film Centre, l’état général du cinéma sri lankais ne laisse pas entrevoir beaucoup d’espoir. L’industrie cinématographique subit de sévères compressions qui, combinées à l’instabilité politique, bloque l’émergence d’un cinéma dynamique et créatif. De sorte que Prasanna Vithanage y est décrit comme la seule lueur d’espoir, et comme un réalisateur innovateur et totalement dévoué au cinéma.

Pour le réalisateur sri lankais, qui affirme que « les dynamiques de société sont ce qui l’intéresse le plus », ses films sont un moyen de penser la société, ce qui fonctionne et ne fonctionne pas.

Ira Madiyama (Soleil d’août), présentement en compétition officielle au FFM, est inspiré d’événements réels, où conflits ethniques et renforcement des combats entre les forces armées sri lankaises et la guérilla séparatiste des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE) se conjuguent.

Trois intrigues prennent ainsi place en parallèle, se déroulant dans trois régions différentes du pays. Trois histoires de gens ordinaires pris malgré eux dans les affres d’une guerre civile dévastatrice. Une tragédie humaine, nous dit le synopsis. Une inévitable et lamentable crise entre les communautés cingalaise, tamoule et musulmane, les trois principaux groupes ethniques du Sri Lanka.

France-Isabelle Langlois, rédactrice, journal Alternatives


Bas de vignette photo : Une scène du long métrage Soleil d’août du cinéaste sri lankais Prasanna Vithanage, présenté en compétition officielle dans le cadre du Festival des films du monde de Montréal.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 01

Le désordre irakien vu de l’intérieur

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

France-Isabelle LANGLOIS

Militante pour la vie

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Sri Lanka

Coercion of the Media

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca