Sahara occidental : 8 000 tentes manifestent dans le désert

mardi 26 octobre 2010

« Depuis le 10 octobre, un campement d’environ 8 000 tentes et 20 000 familles sahraouies est installé à quinze kilomètres de Laâyoune, la “capitale” du Sahara occidental. » Lundi 25 octobre, 23 heures, deux Français, une jeune femme, membre d’une association d’aide au commerce équitable, et le photographe qui l’accompagne nous font parvenir ce témoignage par courrier électronique.

Depuis quelques jours, les Sahraouis sont encerclés par les militaires et forces royales armées marocaines, qui ont creusé une tranchée autour de leur campement, désormais pourvu d’un seul et unique accès.

Dimanche 24 octobre, un véhicule a voulu entrer, s’est fait refoulé, est passé par une autre voie. Les militaires ont fait feu, un jeune de 14 ans [Nayem el-Gareha] a été tué et cinq autres sont à l’hôpital. Le frère du jeune décédé aurait lui aussi succombé à ses blessures ce lundi matin.

Nous venons d’apprendre que la presse marocaine -le Sahara occidental est occupé par le Maroc depuis le retrait de l’Espagne en 1975- présente le décès du jeune comme la conséquence d’un acte de légitime défense des militaires.

Or, il n’y a eu aucune agression : ce sont des familles, des femmes et des enfants… (Voir la vidéo réalisée sur le campement)

Les tirs de ce dimanche marquent un premier débordement de la part des forces armées marocaines depuis le cessez-le-feu conclu en 1991.

« Un pays à décoloniser » pour l’ONU

La ville est sous surveillance, il y a une répression très forte contre quiconque communique sur ce qui se passe.

Les antennes du réseau téléphonique ont été brouillées et la transmission des informations se fait dans la plus grande discrétion.

Aucun média international n’est encore présent, mais nous essayons de faire passer l’information.

Les représentants de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) ont également été refoulés à l’entrée du campement par les militaires marocains -les Nations unies considèrent toujours le Sahara occidental comme « un pays à décoloniser ».
Urgence humanitaire

C’est une mobilisation pacifique et sans précédent du peuple sahraoui pour le respect de leurs droits socio-économiques et d’autodétermination. Il y a une urgence humanitaire -eau, vivres- et un risque d’envenimement de la situation.

Les familles sahraouies se sont néanmoins organisées pour gérer la vie sur le campement :

* collecte des déchets,
* distribution des vivres,
* sécurité…

Elles subsistent grâce à la solidarité des habitants sahraouis restés à Laâyoune qui assurent l’approvisionnement minimum en eau, alimentation et gaz. (Voir le diaporama)

Depuis mardi 26 octobre, 16 heures, Rue89 ne parvient plus à joindre ces deux témoins.


Voir en ligne : Rue 89

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca