Journal des Alternatives

Repères - Les trois favoris

Daphnée DION-VIENS, 29 juin 2003

Les premiers candidats retenus par les États-Unis pour leur nouvelle zone de libre-échange sont le Maroc, le Bahreïn et l’Égypte.Tous les trois ont une attitude non offensive envers Israël, sont membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et acceptent des réformes politiques et économiques amères.

LE MAROC :

Les relations économiques maroco-américaines sont pour l’instant très limitées. Les échanges commerciaux entre les deux pays se chiffrent aux environs d’un milliard de dollars, soit 5 % du commerce marocain, alors que le commerce avec l’Union européenne, le partenaire économique principal du Maroc, dépassent les 13 milliards de dollars.

Les exportations américaines au Maroc sont taxées à plus de 20 %, alors que les taxes imposées aux produits marocains aux Etats-Unis s’élèvent à 4 %.

Le Maroc est la première priorité pour les Américains. Les négociations entre les deux parties ont commencé en janvier 2003. L’accord de libre-échange entre les deux pays devrait être conclu d’ici la fin de l’année.

LE BAHREÏN :

Le Bahreïn a mené une longue série de réformes pour être accepté par les États-Unis dans le cadre d’un accord de commerce et d’investissement que les deux pays ont signé l’année passée.

Le Bahreïn a donc réduit ses tarifs douaniers et libéralisé certains services tels que le secteur bancaire et celui des assurances. Il a de plus ratifié une loi impliquant la libéralisation totale du marché des télécommunications d’ici 2005 et une autre renforçant les droits des travailleurs et la transparence dans les actes du gouvernement.

Les exportations du Bahreïn vers les Etats-Unis ont été de 395 millions de dollars en 2002 (y compris le pétrole) alors que ses importations en provenance des États-Unis étaient de 419 millions de dollars.

Les négociations officielles entre les deux pays auront lieu au début de l’année prochaine. Des négociations préliminaires ont commencé le 21 mai.

L’EGYPTE :

L’Égypte plaide pour l’établissement d’une zone de libre-échange avec les Etats-Unis depuis huit ans, mais en vain. L’année passée, les négociations entre les deux pays ont été remises cinq fois.

Les relations économiques entre les deux pays sont assez fortes. Les États-Unis sont le premier partenaire commercial de l’Egypte, après l’Union européenne, avec des échanges commerciaux s’élevant à 4,2 milliards de dollars, dont 2,9 d’exportations américaines. L’Égypte est le quatrième partenaire des Etats-Unis au Moyen-Orient.