Journal des Alternatives

Québec Solidaire appuie la campagne nationale de la CSN visant à boycotter le Journal de Montréal

Québec solidaire, 21 octobre 2010

Pour Québec solidaire, proposer un plan de résolution du conflit qui prévoit le licenciement de 4 personnes sur 5 en plus de les empêcher de travailler chez un concurrent symbolise bien le manque de considération de Pierre-Karl Péladeau face à ses employé-e-s « lock-outés ».

Québec solidaire appuie la campagne de boycott initiée par la CSN hier en invitant les Québécoises et Québécois à soutenir cette initiative.

« Je soutiens vigoureusement une telle campagne. Ne pas acheter le Journal de Montréal est un geste de solidarité minimal devant la récente proposition patronale de Québécor aux 253 personnes en lock-out » déclare Madame David, présidente et porte-parole de Québec solidaire.

Pour Québec solidaire, proposer un plan de résolution du conflit qui prévoit le licenciement de 4 personnes sur 5 en plus de les empêcher de travailler chez un concurrent symbolise bien le manque de considération de Pierre-Karl Péladeau face à ses employé-e-s « lock-outés ».

« Après plus de 20 mois de lock-out, il est nécessaire que l’on prenne le taureau par les cornes en s’associant à la CSN et en sensibilisant la population au boycott d’un journal qui ne respecte pas ses employé-es. J’ai présenté à l’Assemblée nationale une motion sur la modernisation des lois anti-briseurs de grève. Elle a été adoptée à l’unanimité. Je presse le gouvernement de déposer au plus vite un projet de loi allant dans ce sens » conclut Amir Khadir, député de Mercier.


Voir en ligne : Québec solidaire