Quand les femmes font barrage à la technoviolence

jeudi 27 novembre 2008, par Valérie Fournier L’Heureux

La technologie peut être employée afin de multiplier les menaces à l’égard des femmes. Voyeurisme numérique ou cyberharcèlement sont des exemples de banalisation de la violence à l’égard des femmes dans le cyberespace.

Autre fait inquiétant, des auteurs de violence domestique maîtrisant la technologie vont jusqu’à se servir de logiciels espions et de systèmes de positionnement géographique (GPS) pour suivre et contrôler les déplacements de leurs victimes.

La mouvance masculiniste, aux rangs peu garnis, mais fort actifs sur le Web, est un autre sujet de préoccupation. Ces antiféministes, au nom de la défense des droits des hommes et des pères, « font une campagne de désinformation et de propagande contre les services aux femmes et aux enfants violentés », rapporte Manon Monastesse, directrice de la Fédération des ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec. « Les individus membres de ces réseaux vont sur des forums et débarquent dans les événements des centres d’hébergement, apparemment dans l’objectif d’intimider et de harceler les femmes. »

Se réapproprier la technologie pour en finir avec la violence

Les technologies peuvent aussi servir à enrayer la violence à l’égard des femmes. « Plusieurs ressources sont mises à leur disposition sur le Web », rappelle Mme Monastesse. De manière plus proactive, les femmes peuvent se réapproprier les technologies afin d’inverser la tendance actuelle.

En Afrique du Sud, par exemple, des femmes victimes de violence acquièrent des compétences dans la réalisation de récits numériques, audio ou vidéo, pour partager leurs expériences. Comme l’a affirmé lors d’un récent passage à Montréal Amy Goodman, grosse pointure du journalisme alternatif nord-américain, « il n’y a rien de plus puissant que de permettre aux gens de parler pour eux-mêmes, de raconter leur propre histoire ». Pour Frédéric Dubois, chargé du projet Parole citoyenne à l’Office national du film, « ce n’est pas de la théorie, ni de l’idéologie, ni de l’interprétation : on part plutôt d’expériences personnelles pour faire bouger les choses. J’y vois personnellement un potentiel de changement social ».

Les femmes s’expriment au sujet de la violence à leur égard dans les forums, blogues et autres espaces de délibération virtuels traditionnellement dominés par les hommes. Elles font en sorte que la violence à l’égard des femmes et ses thématiques associées (crime d’honneur, viol, harcèlement sexuel, violence domestique) ne soient plus tabous. « Il ne faut toutefois pas tomber dans le piège de voir les femmes comme un bloc monolithique, et que la perspective de certaines d’entre elles enterre celles des autres, plus marginalisées », soutient Nicole Nepton, édimestre et animatrice de Cybersolidaires.org.

Des initiatives qui fonctionnent

Les technologies émergentes ont aussi permis de lancer plusieurs initiatives de réappropriation à travers le monde. Dans l’État du Nouveau-Mexique, aux États-Unis, des procès virtuels sur la violence domestique aident les juges de première instance ainsi que le personnel des tribunaux à en apprendre davantage sur cette problématique. Le site Internet du Centre d’éducation judiciaire de la capitale de cet État met en ligne des cas de jurisprudence afin que le pouvoir judiciaire puisse comparer ses décisions avec celles de ses collègues.

L’internet, bien employé, favorise le rapprochement de réseaux et d’organisations de femmes. C’est le cas de la campagne numérique Tech sans violence, qui a lieu annuellement du 25 novembre au 10 décembre. Initiée en 2006 par l’Association pour le progrès des communications, elle propose des actions afin de lutter contre la violence basée sur le genre. L’année dernière, des organisations féministes québécoises et des personnes dévouées ont mis la main à la pâte. « On avait tout ce que ça prenait ici au Québec pour faire la campagne en français de manière autonome. Le milieu féministe au Québec est très dynamique et fait déjà bon usage des technologies : pensons à Communautique, Cybersolidaires et au Studio XX, un centre féministe de ressources numériques situé à Montréal », explique Frédéric Dubois.

Tech sans violence regorge cette année d’actions. L’une d’elles est la soirée violence 2.0, un événement sous forme d’émission d’affaires publiques portant sur les aspects positifs et négatifs de la technologie en rapport à la violence à l’égard des femmes. « Ce qui compte pour nous, c’est de faire les liens entre les technologies que les gens utilisent et les violences faites aux femmes », explique Nicole Nepton. « On parle très peu de tout ceci alors que ces technologies font partie de nos vies. Ce que nous souhaitons surtout, c’est encourager les femmes à se les approprier », conclut-elle.


Pour en savoir davantage :
http://www.techsansviolence.net

Soirée Violence 2.0 : mardi 2 décembre à 19 h chez Alternatives, 3720, avenue du Parc, bureau 200.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 15 - No 4 - Décembre

Les défis de l’intégration latino-américaine

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Valérie Fournier L’Heureux

Alternance au Paraguay

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca