Pour une rentrée sans violence

vendredi 29 août 2008

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Lettre de Catherine Pappas,
chargée de projet Moyen-Orient

Comment réagiriez-vous si votre enfant devait prouver son identité à un soldat armé d’une mitraillette, puis enjamber des blocs de béton qui servent de barricades chaque fois qu’il se rend à son école ?

Ceci n’est pas de la fiction, mais la réalité que doivent subir chaque jour des milliers de jeunes Palestiniens. Et pour avoir vécu un an à Jérusalem et traversé régulièrement les postes de contrôle militaire, je peux vous assurer que l’on ne s’habitue jamais à cette violence institutionnalisée.

Les familles palestiniennes sont prises en otage en raison de l’occupation israélienne qui engendre des guerres de factions et un manque cruel de ressources dont souffrent les écoles déjà surpeuplées. Les enfants grandissent dans une poudrière et ressentent chaque jour l’incertitude de leur avenir.

Quelle sera la société de demain en Palestine, sachant que ces jeunes représentent plus de la moitié des Palestiniens ?*

Il est urgent d’agir pour aider cette population à se bâtir un avenir meilleur. En soutenant le travail d’Alternatives, vous contribuerez à outiller une jeunesse qui vit et grandit dans la violence et le non-respect de ses droits.

En 2006, Alternatives développait en Cisjordanie (un territoire palestinien occupé) un projet d’éducation aux droits de la personne et à la citoyenneté avec notre partenaire le Teacher Creativity Center (TCC), un organisme non gouvernemental fondé par un groupe de professeurs, qui ont décidé d’agir pour une société libre de toute forme de violence, de discrimination et d’oppression.

La même année, pour des raisons politiques, la communauté internationale a coupé son aide financière à l’Autorité palestinienne, abandonnant ainsi une population entière. Mais Alternatives a continué d’appuyer le TCC dans la mise en œuvre de son projet : la mise en réseau de comités de parents et d’associations de mères afin qu’ils soient conscientisés de leurs droits. Et les résultats vont au-delà de nos espérances…

Prenez l’exemple du village de Kyfert, dans le nord de la Cisjordanie où la surpopulation dans les écoles est source de violence et de décrochage scolaire, nous avons soutenu des mères qui se sont référées à la Constitution palestinienne pour défendre leurs droits auprès d’élus locaux. Elles ont ainsi réussi à se faire céder un terrain pour construire une nouvelle école ! Imaginez le message d’espoir qu’elles transmettent à leurs enfants !

Maintenant, ces comités de parents en sensibilisent d’autres aux notions de participation citoyenne et sont en mesure de créer des partenariats avec des organisations locales afin d’améliorer leur communauté.

C’est ainsi que votre don permet de renforcer la société civile et de proposer des alternatives à la violence. Il permet aussi de ressouder les communautés autour d’un même objectif de démocratie, de renforcement des capacités et de lutte contre la pauvreté. C’est d’ailleurs pourquoi Alternatives est aussi présent dans d’autres pays en guerre :

• En Irak, plusieurs décennies de violence et de conflits ont laissé trois millions de veuves qui aujourd’hui vivent dans une grande précarité. Nous avons donc déployé avec nos partenaires locaux une campagne destinée à leur assurer une pension minimale, permettant ainsi de bâtir des alliances inespérées entre différents groupes qui, pour la première fois, œuvraient pour la même cause !

• Au Soudan, un pays ravagé par la guerre et la pauvreté, nous travaillons à consolider deux réseaux d’organisations non gouvernementales travaillant pour les droits humains et la lutte contre la pauvreté afin de renforcer la participation des citoyens soudanais au développement économique, politique et social de leur pays.

Comme vous le voyez, pour offrir un avenir aux populations meurtries par la guerre, il faut renforcer l’action citoyenne, tisser des toiles de solidarité et mobiliser les communautés autour du respect de leurs droits fondamentaux. Ensemble, travaillons pour que les enfants de la guerre aient droit à un avenir !

Catherine Pappas

Chargée de projet Moyen-Orient

* Source : UNITED NATIONS POPULATION DIVISION. World Population Prospects : The 2006 Revision, octobre 2007

Je donne

Nos projets au Moyen-Orient

Pour connaître nos projets et partenaires au Moyen-Orient, cliquez ici !

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Collectes de fonds

Parce que préserver l’environnement n’est pas une option !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca