Assemblée générale d’Alternatives

Nos perspectives pour 2003-2004

mardi 12 août 2003, par ALTERNATIVES

Mobilisation et solidarité

Alternatives est bien connue pour son engagement sur la scène publique et ses capacités à favoriser la convergence des organisations populaires dans le sens de l’internationalisme et de la défense des droits des peuples. C’est dans cette foulée que nous envisageons notre travail local pour la prochaine année.

Vers le Forum social des peuples du Canada, du Québec et des Nations autochtones

Alors que le FSM se déplace en 2004 sur Mumbai (Inde), le mouvement social un peu partout dans le monde cherche à marquer sa présence, à la fois comme obstacle au néolibéralisme et au militarisme, à la fois comme porteur d’alternatives populaires et démocratiques. Mumbai sera un énorme festival des masses de l’Inde et de l’Asie, de même qu’un point de rencontre international. Avant et après Mumbai, d’énormes rassemblements auront lieu en Europe, en Afrique, dans les Amériques et partout, Alternatives sera de la partie. Toutefois, notre priorité pour 2003-04 sera de participer à la mise en place d’un processus local, devant culminer à un grand rassemblement populaire à Montréal en juin prochain. Comme à Québec et Toronto, le processus envisagé est plus qu’une réunion, mais une démarche permanente de concertation, de synergie, de débats. À Montréal, nous espérons rassembler plusieurs milliers de participants, faire un gigantesque brainstorming et dégager des pistes de convergence qui permettront aux mouvements populaires de s’articuler et de porter leur action à des niveaux plus élevés. Les thèmes retenus en passant sont et ont toujours été au centre de notre travail :

  • Comment construire une plus grande solidarité entre les peuples du Québec, du Canada et des Nations autochtones ? Comment faire converger nos résistances contre l’hégémonisme US ?
  • La lutte pour les droits humains, la citoyenneté, la démocratie, notamment pour les droits des immigrants et des femmes.
  • La lutte pour préserver le bien commun dans la santé, l’éducation, l’environnement, l’eau.
  • La lutte pour une mondialisation humaniste et démocratique, contre la militarisation et le néolibéralisme.

Il apparaît donc important qu’Alternatives s’investisse à fond dans ce processus.

Pour des Amériques solidaires

Le processus de création d’une zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA) est présentement structurée autour des intérêts du monde des affaires tout en étant très favorable aux États-Unis et secondairement au Canada. Nous l’avons dit, ce projet ne nous convient pas et des millions de personnes à travers les Amériques ont déjà dit non à la ZLÉA. Notre défi dans la prochaine année sera de populariser encore davantage cet enjeu localement, de le lier à la construction d’alternatives permettant une intégration hémisphérique basée sur les intérêts des peuples et de travailler davantage avec nos partenaires des 35 pays concernés.

Pour la défense des droits, de la citoyenneté, de la justice et de la paix

Il est plus probable, malheureusement, que la croisade américaine contre le monde ne continue sa folle embardée, que cela soit au Moyen-Orient (Iran, Syrie, Irak, Palestine) ou ailleurs dans le monde. Il faudra encore une fois dire non, promouvoir des solutions pacifiques aux conflits existants, défendre le principe d’une communauté internationale régie par des règles égales pour tout le monde, dans le cadre de l’ONU et empêcher nos autorités politiques de capituler devant les pressions américaines. Il faudra également intensifier nos efforts pour lutter contre les discriminations contre les immigrant-es et réfugié-es qui ne cessent de s’accroître dans la foulée de la lutte contre le terrorisme. Il faudra enfin appuyer les initiatives populaires pour la défense des droits sociaux de base et l’élaboration d’alternatives démocratiques à tous les niveaux de la société et de la scène politique.

Solidarité avec les peuples

Alternatives continuera à jouer son rôle de passerelles entre les peuples, que ce soit dans le cadre de grandes mobilisations internationales (FSM), ou dans le cadre d’un travail de fourmi moins spectaculaire, mais souvent très efficace, et qui consiste à construire des liens avec des organisations populaires partout dans le monde.

Du nouveau pour le journal Alternatives

Un processus de réflexion pour repenser la formule de notre journal a eu lieu ce printemps, avec des membres de l’équipe communication, du comité de rédaction du journal, de la direction, du conseil d’administration et des professionnels de l’information. Après neuf années de parution, il a alors été convenu que nous étions prêts ppour un peu de changement. Ainsi, à compter du mercredi 27 août vous retrouverez l’ensemble du contenu du journal Alternatives inséré dans le quotidien Le Devoir. De plus, nous augmentons la distribution indépendantes et passons de 6 000 à 10 000 tirés à part. Au total, ce sont 45 000 copies du journal Alternatives qui se retrouveront en circulation tous les mois à travers le Québec. La nouvelle formule du journal sera donc différente. Le contenu sera plus reserré. Mais vous y retrouverez la diversité et l’origninalité de l’information, propre à Alternatives. Ce processus de reflexion a mené à la décision d’abandonner la version anglaise du journal.

OneWorld

Depuis près de deux ans maintenant qu’Alternatives a entrepris la grande aventure de OneWorld Canada, la prochaine année marquera certainement une étape décisive. Le site a été récemment revampé du point de vue graphique. Par ailleurs, le site francophone de OneWorld Canada, UnSeulMonde, devrait voir son contenu s’étoffer de plus en plus tant par le nombre que par la diversité de l’information que l’on y retrouve, au gré des partenariats qui sont de plus en plus nombreux. Rappelons que les sites Internet de la grande famille OneWorld se veulent le reflet des sociétés civiles à travers le monde. Ansi, OneWorld Canada et UnSeulMonde sont un portail de la société canadienne et québécoise où réflexions, débats, activités et projets propres à chaque organisation membre prennent place, avec une mise à jour régulière. De plus, Alternatives est de plus en plus impliqué dans d’autres projets du réseau OneWorld, du côté de l’Afrique et des projets radio-web notamment. Notons par ailleurs que OneWorld Canada a maintenant une nouvelle grande soeur, soit le journal en ligne rabble.ca qui est à la tête de l’information progressiste en ligne, au Canada anglais. Nous nous préparons au lancement officel de cette famille de sites Internet, OneWorld Canada, UnSeulMonde et rabble.ca, cet automne. Pour l’occasion, nous travaillons à refaire le design de la première page de rabble.ca, afin de rendre le tout plus interactif. Toutes les possibilités sont envisagées dans l’esprit de continuer à construire un pont de plus en plus fort entre les milieux progressistes du Québec et du Canada.


BLOC 1

En résumé, nous nous engageons donc à :

  1. Nous investir à fond dans le processus devant mener au Forum social des peuples du Québec, du Canada et des Nations autochtones. Participer également au Forum social mondial (FSM).
  2. Appuyer les campagnes d’éducation sur la ZLÉA en collaboration avec les organisations et réseaux qui sont concernés, notamment le Réseau québécois sur l’intégration des Amériques.
  3. Maintenir un haut niveau d’interventions contre la guerre et le militarisme, contre l’hégémonisme américain, contre les attaques contre les droits des immigrants et des autres secteurs populaires.
  4. Construire des liens de solidarité avec des organisations populaires partout dans le monde.
  5. Augmenter la distribution indépendante du journal Alternatives.
  6. Appuyer et renforcer le développement des sites OneWorld Canada, UnSeulMonde et rabble.ca

Solidarités avec les peuples du monde

Les projets et programmes d’Alternatives se réalisent dans plus d’une trentaine de pays avec un grand nombre de partenaires qui sont des organisations populaires, des ONG, des syndicats, des groupes de femmes et de jeunes et d’autres secteurs sociaux qui fonctionnent de plus en plus en réseaux et en coalitions.

Dans les Amériques

Dans les Amériques, nos priorités seront au Brésil, en Argentine et à Cuba, avec des interventions importantes au Chili, au Mexique, en Équateur et dans les Caraïbes, avec des coalitions populaires qui agissent sur le plan national ou continental et qui tentent de développer des alternatives sur les questions qui concernent la population : défense du bien commun, réhabilitation de l’environnement naturel, promotion des droits, développement social et économique, économie solidaire, mise en place de systèmes de communication alternatifs et populaires.

Afrique et Moyen-Orient

Dans le monde arabe, nos priorités demeurent l’appui aux organisations populaires au Maroc, en Palestine, en Égypte, notamment celles qui se battent pour les droits des femmes et les droits humains en général. Parallèlement, nous voulons appuyer des organisations au Liban, en Jordanie, en Syrie, au Yémen, ainsi que les organisations démocratiques en Irak, qui luttent pour la reconstruction de leur pays et contre l’occupation américaine. En Afrique, nous continuerons de travailler dans les pays dévastés par les guerres et les violations de droits (Angola, Soudan, RDC, Burundi). Nous appuierons également des organisations populaires (Niger, Sénégal, Mali, Tchad, Afrique du Sud, Mozambique, Kenya, Éthiopie, Cameroun) dans divers domaines : renforcement des capacités des organisations, économie solidaire, communication, etc.

Asie

Nous appuierons nos partenaires en Inde, notamment dans le cadre de l’organisation du FSM en janvier 2004. Nous continuerons d’appuyer nos partenaires au Pakistan et en Afghanistan, principalement dans la lutte pour la paix, la citoyenneté, les droits humains. Nous renforcerons notre présence en Indonésie (appui à des organisations populaires dans le développement durable et la construction de la paix) et nous ferons des démarches pour travailler conjointement avec des partenaires japonais, chinois, népalais, vietnamiens et philippines.

Eurasie

Nous maintiendrons nos appuis aux syndicats et organisations populaires en Russie et en Ukraine. Nous aurons une présence accrue auprès d’ONG de Hongrie, Pologne, Slovaquie, République Tchèque, Lituanie, Estonie, Latvie. Nous maintiendrons les liens avec des organisations en ex-Yougoslavie, dans le Sud-Caucase (Arménie notamment) et en Asie centrale, en appui aux groupes de droits humains, aux organisations de femmes, aux coalitions contre la guerre. Nous ferons ce travail en étroite collaboration avec nos partenaires ouest-européens, notamment en France où une nouvelle coalition sera mise en place avec des ONG progressistes dont Alternatives.

Les programmes jeunesse

La participation des jeunes sera intensifiée à tous les niveaux de nos projets et programmes :

  • Pour permettre aux partenaires de renforcer leurs outils en technologie de l’information
  • Pour permettre aux jeunes d’acquérir une expérience de travail dans la solidarité et développement international.
  • Pour créer des liens encore plus forts avec les mouvements de jeunes localement et internationalement.

BLOC 2

En résumé, nous nous engageons donc à :

  1. Développer notre travail dans plusieurs régions du monde en appui aux organisations populaires, notamment celles qui luttent pour des alternatives face aux impacts dévastateurs du néolibéralisme.
  2. Renforcer nos programmes jeunesse dans l’appui aux partenaires sur le terrain dans le domaine des communications et de l’information.
  3. Appuyer les groupes de femmes et les organisations qui se battent pour les droits sociaux, économiques, politiques et culturels des populations.

Consolider Alternatives

Après deux ans de restructuration et de croissance, le développement d’Alternatives reste toujours un défi. Construire une organisation progressiste, à l’écoute des peuples et de leurs luttes, en plus d’atteindre de hauts standards en matière de gestion et de gouvernance reste l’équation gagnante qu’il faut maintenir.

Le conseil d’administration

Le conseil d’administration continue de jouer un rôle stratégique, en tant que répondant politique pour toute l’organisation, et en tant que tribunal suprême qui assure que les décisions courantes se font en conformité avec les orientations données par l’Assemblée générale. Pour consolider ce rôle, nous proposons d’amender les statuts et règlements pour augmenter le nombre de membres du CA (de 11 à 14), pour le rendre plus représentatif des milieux avec lesquels nous travaillons.

Les instances de participation du personnel

Le comité de gestion présentement composé de six personnes devra continuer à assurer la gestion quotidienne. En plus, il devra piloter une évaluation du processus de restructuration entrepris il y a deux ans. Le collectif qui inclut l’ensemble des employé-es (plus de 35 dont plusieurs sont maintenant localisés à l’extérieur du pays) restera le canal principal par lequel ses membres participent à la gestion en question. Une emphase particulière sera mise cette année sur la formation du personnel.

Les membres

Le membership compte présentement environ 500 personnes dont près de la moitié participent d’une quelconque manière au travail d’Alternatives, ce qui est un ratio relativement satisfaisant. À Montréal, nous entendons renforcer le rôle du Forum des membres, une instance de débat mais aussi d’action pour faciliter la participation des membres. À Québec, sera maintenu le comité de coordination qui chapeaute l’ensemble des activités. Des efforts seront consentis pour augmenter la visibilité et la participation des membres provenant des communautés culturelles et des nations autochtones.

Renforcer nos alliances

L’action d’Alternatives n’a pas de sens sans la situer dans le cadre de grandes alliances arc-en-ciel avec plusieurs mouvements populaires, ce qui inclut le mouvement communautaire, les syndicats, les groupes de femmes, d’étudiant-es, écologistes. Ces alliances se font par projets et dans le cadre d’activités, mais s’inscrivent aussi dans une problématique consciente : il s’agit de construire Alternatives en tant que composante du mouvement social dans son ensemble. Il s’agit également de faire en sorte que ce mouvement social développe des alternatives au sens le plus large du terme, y compris sur le terrain politique. Enfin, nous désirons revoir le statut des groupes sympathisants et ajouter un statut de groupe membre.


BLOC 3

En résumé, nous nous engageons donc à :

  1. Continuera d’être gouverné par un conseil d’administration renouvelé et plus nombreux.
  2. Mobilisera les membres du collectif par des mécanismes de participation et de formation renforcés.
  3. Dynamisera les structures de participation des membres.
  4. Valorisera le travail en coalition en faisant des efforts constants pour inclure les diverses communautés et groupes sociaux.
  5. Créer le statut de groupe membre avec les droits et obligations afférents.

À propos de ALTERNATIVES

Construire ensemble un monde différent

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Assemblée générale 2003

Ordre du jour - AG 2003

Plus d'articles :  1 | 2

Articles du même auteur

ALTERNATIVES

L’Espace « Changer le système, pas le climat »

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca