National

Ne pas tolérer l’intolérable

Violences faites aux femmes

jeudi 30 novembre 2006, par Léa Roboam

Du 22 et 24 octobre dernier, Montréal accueillait son premier Colloque international sur les violences faites aux femmes, organisé par le Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF), créé après la tuerie de Polytechnique en décembre 1989 quand 14 jeunes femmes avaient trouvé la mort sous les balles de Marc Lépine.

Pendant deux jours, plus de 500 universitaires, sociologues et intervenants sociaux d’une quarantaine de pays, ont échangé et débattu de « réponses sociales plurielles ». Autant de pistes pour traiter d’un phénomène complexe qui ne fait pas de distinction entre les classes sociales, le pays d’origine ou l’âge des victimes. Les ateliers couvraient un large éventail des diverses manifestations de la violence envers les femmes, de la traite à la violence conjugale, en passant par le viol utilisé comme arme de guerre dans les conflits interethniques.

Au pays, selon Statistique Canada, 29 % des Canadiennes affirment avoir été victimes d’au moins une agression de la part d’un partenaire actuel ou précédent depuis l’âge de16 ans. La situation des femmes autochtones est particulièrement préoccupante. Avec un taux d’agressions trois fois plus élevé que les autres canadiennes, elles subissent des formes plus graves de violence : 54 % ont été battues, étranglées, menacées avec une arme à feu ou un couteau ou agressées sexuellement. Un rapport d’Amnistie Internationale publié en 2004 pointe cette réalité et la faible mobilisation du gouvernement canadien pour protéger ces femmes.

Sans complaisance, ce colloque n’a pas évité la question de la brutalité des femmes elles-mêmes avec un atelier sur la violence au sein des couples homosexuels. Au Canada, le taux de violence conjugale est deux fois plus élevé chez les personnes homosexuelles (15 %) que chez les personnes hétérosexuelles (7 %). Mais, à ceux qui voudraient renvoyer dos à dos hommes et femmes sur le sujet, l’on doit opposer la réalité : au Québec, 84 % de victimes de violences conjugales sont des femmes. Une étude de Santé Canada publiée en 1999 estimait que 11 à 23 % de tous les enfants canadiens sont témoins chez eux d’actes de violence dirigés contre leur mère.

Autre sujet abordé au colloque : la violence chez les jeunes. Sournoises, banalisées et rarement dénoncées pour ce qu’elles sont, les agressions verbales ou sexuelles subies par les adolescentes ou les jeunes femmes inquiètent. Une jeune fille vivant une situation abusive lors de sa première expérience de couple ne va pas toujours la reconnaître comme telle. Une certaine tolérance à la violence verbale notamment est alarmante, car elle peut déboucher sur des formes d’agressions plus graves. Des études démontrent que les jeunes filles maltraitées très jeunes ont plus de chances d’être abusées dans leurs relations futures et auront tendance à ne pas rapporter ces agressions avant qu’elles ne menacent leur vie ou celle de leurs enfants. D’où l’importance de sensibiliser très tôt filles et garçons à ce qui est inacceptable dans une relation de couple. Se faire insulter par son petit ami n’est pas anodin et ne doit pas être toléré, comme c’est encore trop souvent le cas.

Un tel colloque avait l’ambition de mettre en commun les connaissances sur les violences subies par les femmes à travers le monde et les réponses apportées par les différents dispositifs d’aide. Mettant en lumière des situations parfois méconnues, toujours révoltantes, un tel rassemblement suscite aussi l’espoir. Celui de voir certains pays d’Asie et d’Afrique, notamment, évoluer sur la question du droit des femmes et de la famille. Il y a encore bien du chemin à faire, dans toutes les sociétés, y compris la nôtre, mais les bonnes volontés sont à l’œuvre et le droit aussi, de plus en plus, pour ne plus tolérer l’intolérable.


Le choix des mots :
La violence conjugale est un sujet délicat à aborder pour les médias. Comment rapporter ces faits sans les banaliser ni verser dans le sensationnalisme. Quels mots employer ? Parler de « crime passionnel » ou de « drame familial » laisse entrevoir des circonstances atténuantes alors qu’il s’agit de crime voire de meurtre. Lors du Colloque international Violences faites aux femmes : des réponses sociales plurielles, un portail internet à l’usage des journalistes a été lancé. À l’initiative de l’Institut national de santé publique et sous l’égide du ministère québécois de la Santé, le site www.inspq.qc.ca/violenceconjugale rassemble statistiques nationales et internationales mises à jours régulièrement, définitions de la violence familiale, sources d’information et liste d’organismes d’aide pour mieux cerner la réalité de ce problème de société. L’impact des médias sur l’opinion publique est réel même s’il est parfois surestimé. Leur responsabilité dans la façon de rapporter les faits est importante. Tout comme l’alcool au volant, la violence envers les femmes doit devenir socialement inacceptable et les médias ont leur rôle à jouer dans ce combat.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 13 - No. 04

Mince lueur d’espoir pour les sidéens d’Afrique du Sud

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Violence

Non à la violence politique contre les femmes dans le monde arabe

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca