Ne pas se juger trop vite la « résistance » irakienne

jeudi 21 août 2003, par Journal l’Humanité

Une entrevue avec Raïd Fahmi, rédacteur en chef de la revue Al Thakafa Al Jadida et représentant du Parti communiste irakien en France.

Dans le jugement qu’on porte sur les opérations armées menées en Irak, il faut éviter de les considérer comme une résistance armée organisée et porteuse du projet national de libération de l’Irak. Cette appréciation ne correspond pas à la réalité. D’une part, ces attaques n’ont le soutien d’aucune force politique importante irakienne. D’autre part, ceux qui exécutent ces opérations semblent associer la lutte pour le retrait des troupes étrangères aux perspectives d’un régime alternatif autoritaire liberticide, plutôt que de favoriser la construction d’une perspective démocratique.

Il serait réducteur aussi de ne voir dans la multiplication de ces actes de " résistance armée " que l’oeuvre des partisans de Saddam Hussein et des baasistes. Sont aussi impliqués dans ces opérations certains groupes islamistes fondamentalistes appartenant ou proches des Wahhabites, des éléments radicaux chiites, des personnes révoltées par le caractère agressif et provocateur des mesures prises par l’armée de l’occupation. On sait aussi que certaines de ces opérations sont effectuées, " sur commande ", par des personnes en contrepartie d’une généreuse somme. Ces opérations risquent de se poursuivre et de grandir en nombre et en ampleur, tant que le vide politique persiste et aucune réponse sérieuse n’est apportée à l’exaspération des Irakiens confrontés à une situation dramatique dans leur vie quotidienne. Les sabotages perpétrés contre les centrales électriques et les canalisations du pétrole reflètent la volonté de leurs auteurs d’entraver le rétablissement des services et d’accentuer les difficultés et le mécontentement de la population.

Je dirai, pour conclure, qu’il faut à mon sens éviter quelques écueils d’analyse lorsqu’on aborde la situation en Irak : identifier la résistance à l’occupation à celle de la résistance armée, et réduire à cette dernière les complexes tâches qui consistent à permettre au peuple irakien de se donner les moyens pour exercer son droit d’autodétermination, rétablir la souveraineté nationale et ouvrir les perspectives d’une alternative démocratique. La dimension la plus importante de la reconstruction de l’Irak est celle de la reconstruction institutionnelle et la résistance à l’occupation et à ses objectifs stratégiques passe par la reconstitution des partis politiques, des syndicats, des associations et des organisations de la société civile ; outils indispensables, à côté des formes de représentation traditionnelle, pour mener le long et dur combat pour l’indépendance, la reconstruction et la démocratie en Irak.

Devant ces tâches monumentales, le peuple irakien et ses forces nationales et démocratiques, jamais dans leur histoire passée ils n’ont eu besoin d’une solidarité internationale agissante.


Propos recueilli par le Journal l’Humanité :

http://www.humanite.presse.fr/

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Démocratie

Bilan du 8e Sommet des Amériques

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca