Moubarak Obama pourrait couper l’Internet en "période de crise".

jeudi 3 février 2011

La presse spécialisée nous a très récemment rappelé que le président des Etats-Unis pourrait bien obtenir du Congrès US le droit de couper l’Internet en période de crise.

La loi "Protecting Cyberspace as a National Asset Act", présentée au Congrès une première fois l’année dernière, est officiellement destinée à combattre la cyber-criminalité et, vous l’aurez deviné, le terrorisme.

Bloquée une première fois, la loi sera présentée à nouveau cette année. Elle autoriserait le président des Etats-Unis en exercice à fermer l’Internet pendant une période de 30 jours - ou même de 120 jours, selon les sources - et contraindre les sites internet "à respecter les contraintes de sécurité". Aucune autorisation de justice ou du pouvoir législatif ne sera nécessaire. Le Department of Homeland Security sera chargé de dresser une liste des infrastructures concernées et qualifiées de "critiques" (pour faire sérieux). La cerise indispensable sur un tel gâteau est que le président pourra prolonger la mesure indéfiniment.

Cette proposition de loi dans la plus grande démocratie du monde (je vous fais grâce des guillemets) préoccupe ceux qui ont encore un pied dans la réalité. Les autres croient que l’on cherche encore les armes de destruction massive en Irak.

Parions que Moubarak Obama trouvera les mots justes pour un discours de circonstance qu’il prononcera avec éloquence juste avant l’extinction des feux.

Théophraste R.
(Et comme ça, ça vous la coupe ?)


Voir en ligne : Le Grand Soir

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca