Montréal

Mobilisations contre la rencontre mini-ministérielle de l’OMC

Les 28, 29 et 30 juillet 2003

ALTERNATIVES, 14 juillet 2003

Une coalition de militants et de militantes de la région montréalaise organisent une campagne de mobilisation massive en opposition à la rencontre Mini-ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce qui doit se dérouler à Montréal les 28, 29 et 30 juillet prochain.

JOURNÉES D’ACTIONS

SAMEDI 26 JUILLET 2003
9h30 - 17h30 - Les mots sont des armes ! : CONFÉRENCE D’ÉDUCATION POPULAIRE contre l’OMC
- Université du Québec à Montréal (UQAM),
- Pavillon Hubert-Aquin
Coin St-Denis et Ste-Catherine (métro Berri-UQAM)

Une journée complète d’ateliers, de présentations et de discussions, incluant des sujets tels que :

  • Guerre et militarisation
  • Agriculture
  • Souveraineté autochtone
  • Éducation
  • Travail
  • Pauvreté
  • Femmes
  • Droits de propriété intellectuelle
  • Alternatives au capitalisme

Il y aura aussi un atelier sur la résistance créative : théâtre de rue, fabrication de bannières et de pancartes

DIMANCHE 27 JUILLET 2003
13h00 - PERSONNE N’EST ILLÉGAL ! : Une célébration de la résistance dans les rues de Montréal
- Point de rassemblement : coin des rues Guy et deMaisonneuve (métro Guy-Concordia)

Présentations, musique et poésie !
Apportez vos bannières, vos crécelles et vos symboles de résistance !
La marche Personne n’est illégal est sécuritaire pour les enfants et n’impliquera pas d’action directe.

La marche PERSONNE N’EST ILLÉGAL s’oppose à la guerre, à l’occupation, au colonialisme, au génocide et au déplacement forcé. La veille de la mini-ministérielle de l’OMC à Montréal, les participants à la manifestation Personne n’est illégal marcheront en opposition aux plans néo-colonialistes de l’OMC et de ses partisans, tout en célébrant notre pouvoir et notre résistance collectifs. La marche Personne n’est illégal se concentrera sur les luttes de front des peuples autochtones, des immigrants et des réfugiés — par le biais de mots, de poésie et de musique — et démontrera notre opposition claire et nette à la guerre et à l’occupation, que ce soit en Irak ou en Palestine, en Colombie ou aux Philippines, au Chiapas ou à Turtle Island.

LUNDI 28 JUILLET 2003

  • 6h30 - JOURNÉE D’ACTION : Perturbons la rencontre mini-ministérielle de l’OMC !
    Deux marches zig-zag ("snake marches") partiront de deux endroits différents et se rencontreront à l’endroit où se tiendra la rencontre mini-ministérielle de l’OMC. Départ à 6h30 (pile !). Les deux points de départ sont :
    1. Carré Phillips (au coin de Ste-Catherine et Union, métro McGill) ; et
    2. Carré Guy-Concordia (en face du métro Guy-Concordia, sortie rue Guy).

MARDI 29 JUILLET 2003

  • 10h00 - MANIFESTATION pour perturber la rencontre mini-ministérielle de l’OMC.
    Rencontre à au Carré Phillips (au coin de Ste-Catherine et Union, métro McGill).

MERCREDI 30 JUILLET 2003

  • 10h00 - 17h00 - CARNAVAL ANTI-CAPITALISTE
    Endroit à confirmer. Se déroulera dans la zone verte.

Pour plus de détails sur le programme des événements :
http://montreal.resist.ca/events/jo...

COMMUNIQUÉ

Une coalition de militants et de militantes de la région montréalaise organisent une campagne de mobilisation massive en opposition à la rencontre Mini-ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce qui doit se dérouler à Montréal les 28, 29 et 30 juillet prochain.

Prenant ses racines dans les luttes populaires contre le capitalisme, l’impérialisme et la guerre, la Mobilisation Populaire contre l’OMC à Montréal organisera plusieurs journées d’éducation, de résistance créative, de manifestations et d’actions directes afin de dénoncer l’OMC, de résister à ses politiques inhumaines et de promouvoir une vision alternative qui met plutôt l’emphase sur l’autodétermination des peuples, la dignité et la justice globale.

Composée de 146 pays membres, l’OMC est la plus grande institution commerciale multilatérale. L’organisation a souvent été critiquée en raison de sa quête effrénée de profit aux dépends non seulement des standards sociaux et environnementaux, mais aussi du droit fondamental des peuples à déterminer le cours de leur propre avenir. Alors même qu’elle exerce des pressions incessantes pour privatiser les services essentiels et ouvrir des secteurs clé aux investissements étrangers, l’OMC incorpore en même temps dans ses négociations des clauses de « sécurité » qui pavent la voie à une forme de militarisation incontestable.

L’OMC est souvent caractérisée comme non-démocratique et non-transparente, un fait que la rencontre mini-ministérielle de Montréal illustre bien. Organisée à l’improviste par le ministre canadien du Commerce international, Pierre Pettigrew, la rencontre se tiendra sur invitation seulement et rassemblera environ deux douzaines de ministres du commerce. Menés par des délégués issus des principales puissances capitalistes, et supportés par des nations placées sous leur influence, les ministres comploteront l’imposition de solutions « consensuelles » sur certains points litigieux, notamment l’agriculture et les médicaments génériques, qui sont devenus des sources de tensions importantes entre les nations les plus riches et les pays membres les plus pauvres.

La Mobilisation Populaire contre l’OMC à Montréal s’inscrit dans une série de manifestations de masse contre l’OMC . Lors de la « Bataille de Seattle » (novembre 1999), les manifestants avaient réussi à faire échouer les négociations ministérielles du « Cycle du millénaire ». L’OMC s’est retiré au Qatar pour s’éviter davantage d’embarras en 2001, mais la résistance directe s’est poursuivie lors des rencontres mini-ministérielles subséquentes à Sydney et à Tokyo. Pour la rencontre ministérielle de Cancun, en septembre prochain, d’autres manifestations importantes sont prévues. Il y a deux semaines, le ministre Pettigrew s’exprimait en ces termes : « Je retire une grande satisfaction du fait que le phénomène de l’anti-mondialisation soit complètement disparu ». Tout indique pourtant que la résistance contre la mondialisation capitaliste continue de gagner en dynamisme.

La Mobilisation Populaire contre l’OMC est animée par une opposition à l’impérialisme, à l’exploitation, à la violence et à l’oppression que l’OMC et ses dirigeants infligent ici même au Québec et partout dans le monde.

Certaines des questions relatives aux politiques néolibérales menées par l’OMC sur lesquels la mobilisation souhaite porter l’attention :

  • La menace de privatisation des services publics au Québec. Sous le régime proposé des Accords généraux sur le commerce des services (AGCS), qui sont vigoureusement appuyés par le Canada à l’OMC, des « partenariats » avec des compagnies privées motivées par le profit rendront possible la vente au rabais de secteurs comme la santé, l’éducation et les soins aux enfants, laissant ainsi plusieurs personnes sans ou avec très peu d’accès aux services sociaux les plus essentiels.
  • Le dilemme auquel font face les immigrantEs et les réfugiéEs dans nos communautés. Quand il est question de frontières, les politiques néolibérales de l’OMC placent la libre circulation des biens et des capitaux loin devant celle des personnes. Les barrières à l’investissement, à la circulation du capital et aux produits commerciaux sont graduellement éliminés, alors que les êtres humains sont de plus en plus confrontés à la discrimination basée sur le profil racial (racial profiling), aux détentions arbitraires, aux déportations, à la brutalité des autorités, à l’exploitation et à des conditions de travail frôlant l’esclavage. C’est une réalité très présente à Montréal, où les politiques d’immigration sont spécialement conçues pour renforcer la « forteresse Amérique du nord », un empire fondée sur la dépossession des terres autochtones et la fermeture des frontières aux personnes recherchant la sécurité.
  • La menace posée par l’industrie agricole de grande échelle et la biotechnologie. La débâcle des méga-porcheries québécoises offre un exemple navrant. La crise a atteint son paroxysme après que les décideurs provinciaux, lors du Sommet agro-alimentaire de St-Hyacinthe, en 1998, eurent choisi d’adopter un modèle de développement, dicté par l’OMC et le FMI, orienté vers l’exportation. Les résultats - une pollution massive et l’implantation à grande échelle de cultures de fourrage génétiquement modifiées - ont été dévastatrices. Mais alors que les États-Unis et le Canada utilisent l’OMC comme instrument pour forcer l’acceptation de la « Frankenbouffe » et renforcer les politiques de libéralisation, ces erreurs seront de plus en plus difficile à corriger.
  • La dégradation des droits et de la solidarité des travailleurs et des travailleuses. Depuis 1995, l’OMC a réussi à éroder les acquis qui ont exigé des Québécoises et Québécois des décennies de lutte acharnée. En octobre 2001, l’OMC a émis un jugement contre le « Pacte de l’automobile ». Ce jugement aura coûté approximativement 10 000 emplois dans le domaine de l’automobile, seulement au Québec. Mais le minage des droits du travail se fait souvent de façon plus insidieuse, comme ce fut le cas quand Gildan, la compagnie montréalaise spécialisée dans la production de t-shirts, a mis en échec une initiative de syndicalisation en fermant carrément son usine montréalaise pour en ouvrir une autre au Honduras, où la compagnie peut se permettre de payer ses employéEs 16$ par jour dans des conditions exécrables. Grâce aux « réglements » de l’OMC, qui excluent les standards de travail fondamentaux (en dépit de « l’engagement » symbolique des pays membres en faveur de leur inclusion lors du sommet de Doha), la compagnie peut ensuite réintroduire en toute impunité ses marchandises sur les marchés nord-américains.

Pour faire mieux connaître ces enjeux et la résistance qu’ils engendrent, et pour faire entendre les voix de ceux que les politiques de l’OMC affectent, la Mobilisation populaire contre l’OMC organisera plusieurs événements au cours du mois de juillet. En voici un échantillon.

  • Le 26 juillet aura lieu une conférence d’éducation populaire sur l’OMC ;
  • Le 27 juillet, il y aura une grande manifestation populaire pour les droits des peuples autochtones, des immigrantEs et des réfugiéEs, sous la bannière « Personne n’est Illégal ». Cette manifestation soulignera les effets des politiques d’exclusion soutenues par l’OMC ;
  • Les 28 et 29 juillet seront des journées de manifestations massives, d’actions directes, de résistance créative et de désobéissance civile visant la perturbation et la déroute finale de la rencontre mini-ministérielle et de l’OMC ;
  • Le 30 juillet se tiendra un Carnaval anticapitaliste dans les rues de Montréal

Pour plus d’information et pour des mises à jour régulières :
montreal.resist.ca
514-409-2049
omcmedia@cmaq.net

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca