Mille Cancun et des caravanes internationales pour « transformer les négociations climatiques »

jeudi 4 novembre 2010, par Maxime Combes

Pendant que les représentants des gouvernements se réuniront à Cancun pour la 16e conférence des parties sur le climat (29 novembre – 10 décembre), l’organisation mondiale Via Campesina lance l’initiative « 1000 Cancun ». Dans un entretien avec Alter-Echos réalisé lors du Vème Congrès de la CLOC-Via Campesina (voir un compte-rendu ici), Alberto Gomez, représentant de l’UNORCA (1) et un des responsables des initiatives de la Via Campesina pour Cancun revient sur les motifs de cette mobilisation et précise les itinéraires des caravanes internationales reliant Mexico à Cancun.


Depuis quand et pour quelles raisons la Via Campesina se mobilise fortement sur les enjeux climatiques ?

Suite au sommet de Bali (Indonésie) en 2007, nous avons décidé de nous impliquer plus fortement sur ces questions. A cette occasion, en alliance avec d’autres mouvements, nous avons impulsé la création d’un réseau International, Climate Justice Now. Nous avons travaillé depuis pour que ces informations soient aussi partagées par nos différents membres. Par ailleurs, les mesures aujourd’hui proposées et discutées par les pays développées sont les mêmes mécanismes et instruments qui sont les causes des dérèglements climatiques. Ils seront donc source d’encore plus de dévastations, au profit du capital, des transnationales, des investissements et du commerce international.


Quels sont les effets des dérèglements climatiques dans les campagnes ?

Ils sont très importants, notamment dans les pays du Sud où ils sont quasi-permanents et intenses. Les saisons se modifient profondément et là où il pleuvait régulièrement, ce sont aujourd’hui des pluies dévastatrices ou des sécheresses. De nouvelles épidémies touchant nos récoltes apparaissent face auxquelles nous devons redoubler d’efforts pour sélectionner nos semences afin de pouvoir poursuivre malgré ces transformations très importantes. Par ailleurs, beaucoup d’éléments concourent à rendre les effets des dérèglements climatiques encore plus forts dans les campagnes : l’urbanisme sauvage, les projets miniers ou les grands barrages affectent nos terres rurales.


Quelles sont les propositions de la Via Campesina ?

Pour la Via Campesina, notre façon de produire et notre agriculture assurent aujourd’hui le refroidissement de la planète. C’est une alternative pour notre monde. Alors que l’agro-business tente de contrôler la totalité du système alimentaire, les petits producteurs paysans et indigènes assurent la production d’encore 60 % des aliments aujourd’hui consommés sur la planète. La souveraineté alimentaire des peuples, des communautés, est la solution alternative que nous proposons, pour toute la société. C’est aussi notre alternative face au capitalisme qui est la source de cette crise climatique et de ces dévastations environnementales. Mais nous avons besoin d’autres politiques. Nous avons besoin d’une réévaluation du rôle des paysans et des peuples indigènes à la fois pour refroidir la planète, mais aussi pour résoudre la faim sur la planète. Ne pas utiliser de produits toxiques et d’autres produits fortement dépendants du pétrole est essentiel. C’est la grande différence entre nos propositions et les leurs. Eux disent qu’il faut développer une agriculture industrielle avec des OGM et une industrie alimentaire fortement dépendante du pétrole. Nous, nous disons qu’il faut développer les marchés locaux, les productions locales. C’est là que nous puisons l’énergie pour continuer d’exister comme paysans en lutte et faiseur d’alternatives.

Pourquoi le prochain sommet sur le changement climatique de Cancun est-il important pour la Via Campesina et que va-t-elle mettre en œuvre ?

Nous avons décidé de lancer un appel (2) qui dit deux choses. Nous devons être à Cancun. Mais comme Cancun est cher et difficile d’accès pour nous, nous proposons de réaliser « 1000 Cancun ». Soit mille protestations. Mille actions parallèles. Pour transformer profondément ces négociations converties en un véritable marché d’offres et de demandes, il est absolument nécessaire de multiplier les initiatives et les exigences au niveau international. Par ailleurs, nous allons susciter des caravanes internationales (3). Des militants d’organisations d’Amérique du Nord, du Canada et d’Europe ont déjà prévu de participer à ces caravanes. Trois caravanes vont partir du centre du Mexique (San Louis Potosi, Guadalajara, Acapulco) afin de faire connaître et rendre visibles les luttes que nous menons contre les activités minières, contre la pollution de l’eau, contre les grands barrages. Ces luttes sont par ailleurs réprimées, parfois très durement, des dirigeants locaux y ayant parfois laissé leur vie. Nous voulons démasquer le gouvernement mexicain qui ne mène pas, comme il le dit, « une politique verte ». C’est un gouvernement qui détruit notre territoire. Aujourd’hui, près de 70 % du territoire mexicain serait susceptible d’être dédié aux mines. Des entreprises canadiennes en détiennent déjà 25 %. Le gouvernement mexicain est une mascarade, ces caravanes vont le montrer.


Quel est le calendrier de ces caravanes et de vos initiatives à Cancun ?

Ces caravanes partiront le 28 novembre direction Mexico City. Le 30, lendemain de l’ouverture des négociations officielles, une grande manifestation aura lieu au centre du pays, en son cœur, au Zocalo de Mexico. Tout ceci se fait en alliance avec d’autres forces, comme la très importante Assemblée Nationale des Affectés Environnementaux (ANAA), et d’autres mouvements, ruraux, urbains, étudiants, syndicaux. Le 1er décembre, nous nous dirigerons vers Cancun. Sur la route, se joindront d’autres caravanes parties de Oaxaca et du Chiapas. Nous arriverons le 3 décembre à Cancun où un campement sera installé à compter du 1er décembre. Le 4 nous ouvrirons officiellement le forum pour une alternative globale « pour la vie, pour la justice sociale et environnementale ». Le 7 décembre est le jour que nous avons défini comme celui des milles Cancun. De nombreuses initiatives sont déjà prévues, notamment dans plus de 20 villes des Etats-Unis. Beaucoup ne pourront pas se déplacer à Cancun et confient leurs messages aux caravanes et à ceux qui seront à Cancun. Mais ils s’engagent aussi à agir de là où ils sont. C’est très important. C’est la seule manière de contribuer pour transformer radicalement ces négociations sur les changements climatiques.


Voir en ligne : Alter-Échos


(1) L’Unorca est l’Union nationale des organisations régionales paysannes autonomes, membre de la Via Campesina
(2) Voir l’appel « Mille Cancun pour la justice Climatique » de la Via Campesina
(3) Retrouver les dates et itinéraires des caravanes dans ce document-résumé et ce communiqué en français de la Via Campesina.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Publications

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Maxime Combes

Les pays du G20 financent et organisent l’aggravation du réchauffement climatique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Justice climatique et alternatives écologiques

Les semeurs d’ignorance

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca