Manifestation historique des sans-papiers. La longue marche des immigrés

mardi 5 janvier 2010, par David Brooks

Des étudiants immigrés latino-américains ont débuté le « Chemin des rêves », une marche de près de 2 500 km de Miami à Washington DC pour la dignité de leur communauté, avec la revendication d’une réforme migratoire pour en finir avec le déchirement des familles, les déportations et la vie infrahumaine menée dans l’ombre par plus de 12 millions de sans-papiers.

« Nous allons marcher pour faire partager nos histoires au niveau national et avec le message de mettre fin à la séparation des familles et à la souffrance », a déclaré Juan Rodriguez, l’un des participants, qui est arrivé de Colombie à l’âge de six ans avec sa famille, dans un entretien téléphonique avec La Jornada, depuis Miami, juste avant le départ de la marche.

« Je crois que les gens veulent la liberté, la liberté économique, la liberté politique, mais il se passe l’inverse ici : nous vivons dans l’ombre. Nous savons que nous courons un risque (être arrêtés et même déportés, car certains sont des sans-papiers), mais nous ne voulons plus vivre dans la peur », a affirmé Felipe Matos, un autre participant, de 24 ans, arrivé dans ce pays en provenance du Brésil il y a 10 ans.

Les quatre participants qui se sont engagés à entreprendre cette longue marche sont des étudiants actifs dans des mouvements de défense des émigrés. Ils traverseront la Floride, la Georgie, la Caroline du Sud et la Virginie pour atteindre Washington le 1er mai, où ils espèrent se joindre aux milliers de manifestants qui serons déjà présents, pour une journée que les manifestations des dernières années ont transformée en journée des immigrés.

A leur passage par des villages et des villes, ils organiseront des réunions pour faire partager leurs histoires et susciter la solidarité, tandis que d’autres étudiants, immigrés, religieux, syndicalistes, organisateurs communautaires et sympathisants, les rejoindront pour accompagner les quatre étudiants sur une partie du parcours.

Il s’agit d’une initiative de l’organisation Estudiantes Trabajando por Derechos Iguales (Students Working for Equal Rights, SWER) en association avec la Coalition des immigrés de Floride et des groupes nationaux qui militent pour une réforme migratoire intégrale.


Voir en ligne : Granma

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

États-Unis

La persécution de Julian Assange et ses répercussions sur la liberté de la presse au Canada

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca