Mahmoud Darwich : le poète du peuple

jeudi 21 août 2008, par Ceyda Turan

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

La Palestine pleure la mort de son grand poète, Mahmoud Darwich, qui a rendu l’âme le 9 août, trois jours après une opération cardiaque. Symbole national, ce poète était l’une des voix les plus respectées du peuple palestinien sur la scène internationale.

Darwich est né le 15 mars 1941 dans le village d’Al-Barweh, dans ce qui est maintenant la Galilée en Israël. À l’âge de six ans, sa famille a dû s’enfuir pour le Liban en raison d’une attaque israélienne contre son village. L’année suivante, lorsqu’ils voulurent retourner dans leur terre natale, ils constatèrent que leur village avait été rasé et que deux colonies avaient été érigées. Ils finirent par s’installer à Deir al-Asad, en Galilée.
Darwich a publié son premier recueil, Rameau d’olivier, en 1964. Il incluait un de ses plus fameux poèmes, Identité. Ce poème, qui donne une voix aux Palestiniens face aux autorités israéliennes, commence ainsi :

Inscris !

Je suis Arabe

Le numéro de ma carte : cinquante mille

Nombre d’enfants : huit

Et le neuvième... arrivera après l’été !

Et te voilà furieux !

. . .

Inscris

Que je suis Arabe

Que tu as raflé les vignes de mes pères

Et la terre que je cultivais

Moi et mes enfants ensemble

Tu nous as tout pris hormis

Pour la survie de mes petits-fils

Les rochers que voici

Mais votre gouvernement va les saisir aussi

... à ce que l’on dit !

Mahmoud Darwich a décrit de manière probante l’expérience de son peuple : l’exil, l’occupation, la dépossession. Selon la poète Naomi Shibab Nye, Darwich était « le souffle nécessaire au peuple palestinien, le témoin éloquent de l’exil et de l’appartenance ».

Darwich a aussi écrit la déclaration d’indépendance que Yasser Arafat a lue aux Nations unies en 1974. « Aujourd’hui, je tends une branche d’olivier et un fusil de combattant de la liberté. Ne laissez pas ma branche tomber de mes mains. » Sa poésie et sa prose ont favorisé l’émergence d’une identité nationale palestinienne. Selon l’anthropologue palestinien Ali Qleibo, qui enseigne à l’Université al-Qods de Jérusalem, « il était le miroir de la société palestinienne ».

Décrivant ce qui rend Darwich si spécial pour les Palestiniens, Adila Laidi-Hanieh, ancienne directrice du centre culturel Khalil Sakanini, explique « que la chose la plus importante à propos de lui, c’est qu’il maintient une impeccable intégrité morale, ainsi qu’une autorité politique et intellectuelle ».
Darwich n’était pas seulement un poète critique, mais aussi un militant. Jeune homme, il a été emprisonné pour ses activités politiques et pour avoir publiquement lu sa poésie. Il a joint le Parti communiste officiel d’Israël, le Rakah, dans les années 1960. En 1970, il s’envole pour l’URSS. Il étudie à l’Université de Moscou et on lui retire sa nationalité israélienne. Il déménage au Caire l’année suivante. Il joint en 1973 l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP). Il est alors interdit en Israël. Il est élu au comité exécutif de l’OLP en 1987, mais il démissionne en 1993 après les Accords d’Oslo. Darwich critique à la fois l’occupation israélienne et le leadership palestinien. Il dénonce les luttes fratricides entre le Hamas et le Fatah, qu’il décrit comme « une tentative publique de suicide dans les rues ».

Sa poésie crée des remous en Israël. En 1988, le premier ministre Yitzhak Shamir cite un poème de Darwich au Parlement israélien, P{}assants parmi des paroles passagères, pour démontrer que les Palestiniens ne sont pas disposés à vivre avec les Juifs.

En mars 2000, Yossi Sarid, le ministre israélien de l’Éducation, propose que des poèmes de Darwich soient enseignés dans les écoles israéliennes, parce qu’il est « très important que l’on se connaisse ». Toutefois, l’opposition du Likoud, qui menaçait de présenter une motion de défiance, a forcé le gouvernement d’Ehoud Barak à rejeter ces propositions en soutenant qu’Israël n’était « pas prêt ».

Mahmoud Darwich a commenté ce débat en disant qu’« il est difficile de croire que même le pays le plus fort militairement au Moyen-Orient se sente menacé par un poème ».

Les politiciens de la droite israélienne voient son œuvre comme antiisraélienne en citant notamment son essai concernant le 50e anniversaire de la création d’Israël. Darwich mentionnait que cet État avait été fondé sur une double injustice : la dépossession et l’occupation.

Malgré tout, certains des poèmes les plus mémorables de Mahmoud Darwich brossent un portrait de « l’Autre, l’Israélien ». Dans Le Soldat qui rêvait de lys blancs, Darwich parle d’un soldat israélien qui décide de quitter son pays après la guerre de 1967 :

Je quête un enfant souriant au jour

Non une place dans la machine de guerre

Je suis venu ici vivre le lever des soleils

Non leur coucher

Rédigé à chaud, en 1967, ce poème montre le pacifisme qui anime le poète. Il fait par contre scandale aussi bien en Israël que du côté palestinien. Darwich a déjà parlé des réactions polarisées suscitées par ces vers : « Le secrétaire général du Parti communiste israélien a dit “comment se fait-il qu’il écrive ce genre de poème ? Est-ce qu’il nous demande de quitter le pays pour devenir des amants de la paix ?’’ Et pendant ce temps, les Arabes affirment : “comment ose-t-il humaniser un soldat israélien ?’’ »

De son vivant, ce grand poète n’a pas réussi à rapprocher les deux parties et à favoriser le dialogue. En sera-t-il autrement maintenant ?

À propos de Ceyda Turan

Titulaire d’une maîtrise en développement international de l’Université de Londres (SOAS) en Angleterre, Ceyda détient également un diplôme en science politique et développement international de l’Université McGill. Originaire de Turquie et ayant étudié dans le monde en développement, elle connaît bien les enjeux du développement international. Elle a un intérêt marqué pour des questions touchant les droits humains et a entre autres collaboré au Kurdish Human Rights Project de Londres comme traductrice en plus d’assumer le poste de secrétaire de la section locale d’Amnistie Internationale à SOAS. Avant de se joindre à l’Institut des politiques sociales et de la santé de l’université McGill en tant qu’assistante de recherche et de communication, elle travaillait au sein du programme immigration et employabilité d’Alternatives. Elle continue contribuer au Journal Alternatives.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 15 - No 1 - Septembre

Le retour de la IVe Flotte

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Ceyda Turan

Hands Extended Across America

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca