Lorsque le théâtre s’empare de la rue

lundi 23 juin 2003, par Annie RICHER

Photo : UTIL

Juillet sera occupé pour Alexia Burger. Cette militante, son escouade théâtrale et leur dizaine de personnages envahiront, sans peur et sans reproche, divers recoins de Montréal. Ils y laisseront éclater d’une manière des plus loufoques leurs revendications pour un monde plus juste…

Une escouade théâtrale ? C’est avec un sourire dans la voix qu’Alexia Burger livre cette anecdote évocatrice : « Juste avant Noël, l’an dernier, nous avions décidé de dénoncer la surconsommation. Nous nous étions maquillés de sorte à avoir l’air épuisé, les traits tirés, et nous nous promenions devant le centre Eaton du centre-ville, comme des zombies, cartes de crédit à la main ». Mission accomplie : certains consommateurs ont renoncé à poursuivre leur magasinage excessif et, dans un élan de réflexion, ont sagement regagné leur demeure.

C’est ainsi qu’Alexia Burger a jumelé sa passion du théâtre à son besoin d’engagement social. L’an dernier, la jeune femme, fraîchement diplômée de l’option théâtre du Collège Lionel-Groulx de Sainte-Thérèse, a répondu à la petite annonce qui l’a menée sur le chemin de sa vocation. « J’avais vu dans le journal que le Carrefour canadien international [CCI] cherchait de jeunes artistes pour animer et diriger des capsules théâtrales sur la mondialisation, présentées un peu partout dans les rues. Cette idée m’a emballée ! » confie-t-elle d’une voix enjouée.

Cette action, pour le moins originale, est pilotée par l’Unité théâtrale d’intervention loufoque (UTIL). Mis sur pied il y a près d’un an par le CCI, ce regroupement vaque à envoyer incognito des troupes de comédiens dans des lieux publics afin qu’ils puissent répandre un message à connotation sociale. « Chaque groupe prépare une capsule sur un sujet précis. Présentement, ma troupe et moi répétons une scène sur le traitement médiatique de la guerre en Irak. Nous présentons notre numéro, puis distribuons des tracts pour sensibiliser les gens à la situation pétrolière » explique Alexia. Les autres groupes, eux, développent une prise de parole sur la ZLÉA, les OGM, etc.

Ainsi, chaque semaine depuis la mi-mai, les comédiens d’UTIL investissent les parcs, la rue ou le métro afin de laisser éclater leur art revendicateur. « Mais nous ne nous annonçons pas afin de profiter au maximum de l’effet de surprise », révèle Alexia. Justement, cette commotion assénée au public peut-elle jouer contre eux ? « Je suis toujours surprise de constater à quel point les gens sont réceptifs. Ils posent beaucoup de questions et lisent attentivement les tracts que l’on distribue. »

Alexia conclut, avant de retourner à la répétition : « Ce qui me tient le plus à cœur dans tout ça, c’est de voir que l’on parvient à éveiller les gens quant à la mécanique économique qui prévaut actuellement. »

Annie Richer, journal Alternatives


Une escouade de l’Unité théàtrale dèintervention loufoque (UTIL) qui s’est déroulée devant l’Hotel de ville de Montréal.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 – No. 10

Militante pour la vie

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Annie RICHER

Le sida, à notre porte

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Articles sur le même sujet

Culture

Anarchisme : Au-delà des préjugés

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca