Lorsque l’humour devient politique

vendredi 4 juillet 2003, par Daphnée DION-VIENS

Ils sont jeunes, engagés et irrévérencieux. Leurs gags sont mordants, intelligents et ne laissent personne indifférent. Bienvenue chez les Zapartistes, où la critique sociale passe par le rire, pour notre plus grand plaisir.

Dans leur dernier spectacle, Le Cabaret médiatique, les cibles ne manquent pas : concentration de la presse, propagande, information spectacle, manipulation… tout y passe. Les Zapartistes attaquent de front, avec des gags bien ficelés et des sketchs pour le moins ironiques. Le bulletin de nouvelles de TVA est commandité de A à Z, Jean-Luc Mongrain s’emporte pour des sottises sur les ondes de TQS et à Radio-Canada, le Montréal ce soir présente les mêmes meurtres et chats écrasés qu’aux autres stations, mais toujours « dans un excellent français ».

Ils sont cinq sur scène (Geneviève Rochette, Denis Trudel, Christian Vanasse, François Parenteau, Frédéric Savard) et sept dans la vie (Nadine Vincent et François Patenaude participent à l’écriture). Auteurs, amis et comédiens, ils sont réunis autour d’un manifeste qu’ils récitent en début de spectacle. C’est ainsi qu’on apprend sans détour qu’ils sont, entre autres, indépendantistes et de gauche, pour le commerce équitable, contre l’hégémonie du char, la débilité militaire, la culture du consensus et la rectitude politique. « On veut ramener une certaine verve virile dans le discours pour y mettre un peu de piquant », explique l’un des Zapartistes, François Parenteau. C’est ainsi qu’ils affirment que sur les planches, ils n’ont pas d’amis, puisque « contrairement à la richesse, la connerie est très bien distribuée ».

L’humour québécois revisité

Leurs aventures ont commencé par des soirées de discussion organisées au café L’Aparté, rue St-Denis à Montréal. Au fil des rencontres, ils ont senti le besoin de créer un spectacle plus structuré, qu’ils ont présenté sous les bombes lacrymogènes lors du Sommet des Amériques, à Québec, en avril 2001. « Pour plusieurs jeunes, il s’est vraiment passé quelque chose à Québec 2001, constate François. Ce n’est pas sûr que les médias aient bien véhiculé cet éveil ou que le Québec s’en rende compte, mais pour nous, cet événement a eu pour effet de confirmer et de réunir un public pour ce type d’humour. »

Un humour qu’ils n’hésitent pas à décrire comme étant politique et militant. « C’est politique dans le sens grec du terme, […] donc qui concerne tous les aspects de la vie en société. La concentration de la presse ou la coupe d’arbres pour construire des condos, c’est aussi politique » lance Frédéric Savard. « Et militant, parce qu’on avance certaines idées auxquelles on croient. C’est une pulsion de convaincre en passant par le rire » poursuit François Parenteau, qui n’hésite pas à qualifier les membres du groupe de « clowns justiciers » de l’humour.

Frédéric enchaîne : « On ne cherche pas le gag à tout prix, mais le but est de faire passer un message. Quand on dit que le rôle de l’ONU n’est pas de reconstruire l’Irak mais d’amener les États-Unis et la Grande-Bretagne en cour pour crimes de guerre, il n’y a pas de gag là-dedans. Mais tout le monde applaudit. »

Mordre dans l’actualité à pleines dents

Parce que leur art s’inspire avant tout de ce qu’on retrouve dans notre journal du matin, ils présentent un spectacle constamment renouvelé, au gré des soubresauts de l’actualité. D’une représentation à l’autre, on retrouve environ 20 % de nouveau matériel, principalement regroupé dans le bulletin de nouvelles, fraîchement rédigé au goût du jour. On y a appris notamment que « les États-Unis ont inventé une guerre prépréventive qui leur permet d’attaquer des pays qui n’existent pas encore » et que Pierre Bourque « se présentera aux prochaines élections scolaires ». Imitations, parodies et chansons ponctuent le reste du spectacle, où aucun politicien n’est épargné.

Les Zapartistes n’hésitent pas à décocher les coups, surtout à droite, mais aussi un peu à gauche : « C’est facile de se vautrer dans la cause et de dire qu’on ne gagnera jamais, lance Frédéric. Être des victimes perpétuelles, c’est aussi un peu dangereux. » Et ils ne se gênent pas pour le rappeler sur scène.

Mais le groupe d’humoristes tient aussi à aller au-delà de la simple dénonciation. Comme le rappelle Frédéric, « ça ne suffit pas de crier "Liberté !" dans un micro devant 300 personnes. À l’international comme au local, il faut proposer ». Et le rire, lorsqu’il y a un message à véhiculer, peut être un moyen « foudroyant et efficace ».

Aux critiques qui pourraient reprocher aux Zapartistes de « surfer » sur la vague populaire de l’art engagé, la réponse, cinglante, ne se fait pas attendre : « Ce n’est pas si à la mode que ça, l’engagement social, parce que si on était si éveillé collectivement, je ne suis pas sûr que les libéraux seraient au pouvoir ! » s’exclame Frédéric.

La prochaine étape ? « Accéder à un autre public que celui qui est déjà conscientisé, rejoindre les gens en région, en banlieue… » lance François. Parce que, comme l’affirment les Zapartistes, « rire est une si jolie façon de montrer les dents… ».

Daphnée Dion-Viens, coordonnatrice et rédactrice, journal Alternatives


Les Zapartistes seront en spectacle le 28 juin à Ste-Geneviève, dans l’ouest de l’île de Montréal.

Pour plus d’information : http://www.leszapartistes.com

Fraçois Parenteau et Geneviève Rochette dans une parodie d’infopub sur Internet.

À propos de Daphnée DION-VIENS

Assistante à la rédaction, Journal Alternatives

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 – No. 10

Militante pour la vie

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Daphnée DION-VIENS

Mainmise sur les services

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Canada

La gentrification à Parc-Extension : conséquences et pistes de solution

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca