Poésie

Lignes aériennes

De l’écrivain québécois Pierre Nepveu

samedi 1er mars 2003, par Martin JALBERT

La construction d’un aéroport en milieu agricole entraîne l’expropriation d’un territoire démesurément trop grand et le déplacement de toute une population rurale. Après deux décennies d’activités, la gigantesque installation est abandonnée : l’ensemble des vols retourne progressivement à l’ancien aéroport, à proximité de la grande ville. C’est de cette monumentale erreur technocratique et gouvernementale - qu’est l’histoire de l’Aéroport de Mirabel, au nord de Montréal - que s’inspire Lignes aériennes de l’auteur Pierre Nepveu.

La structure ternaire du recueil évoque l’aller et le retour d’un homme quittant la ville un matin pour faire un bref séjour au pays du désastre, au milieu d’une nature friable où rien ne se passe, dans un territoire inoccupé à « l’horizon sans pointes ni dentelles » où « un silence intégral fut décrété » et que traversent parfois des animaux égarés, des « fantômes de feux follets » et de mondes déracinés.

Ce séjour s’avère en outre un voyage dans le temps, où parleront aussi l’arpenteur fédéral de 1969 et la femme de ménage de l’aéroport vide. Les pages de Lignes aériennes sont traversées par une déchirante mélancolie et par une colère souterraine et ligneuse devant l’absurde, le « néant qui avait la folie des grandeurs » et ce vide créé par le trait technocrate effaçant du décor un monde familier plein de vies antérieures, les sous-bois de l’enfance et les coffres secrets. Les poèmes contiennent une puissance d’évocation qui, à l’image du ravage, emporte tout ensemble les multiples dérangements : l’exode des familles et des paroisses, « la mise aux enchères / des outils et des restes de vie », « l’évidement des bas-côtés et des cuisines d’été », le déplacement docile « des pierres qui dormaient dans les murs », les « plaintes de tracteurs attelés au vide » et la charrue poussant « devant elle » « des rouleaux de fantômes blancs ». La beauté de nombreux passages est d’autant plus bouleversante qu’elle sourd d’« une souffrance sans nom et sans visage / dans un monde de causalités folles / et d’explications sans substance ».

Lignes aériennes, de Pierre Nepveu, est une œuvre saisissante qui rappelle que c’est parfois la beauté qui l’emporte, en la faveur des héritiers que nous sommes, sur la bêtise humaine.


LIGNES AÉRIENNES, de Pierre Nepveu, Montréal, Éditions du Noroît, 2002, 112 pages.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 - No. 06

Au nom des femmes amérindiennes

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Terre

Bombes à retardement dans les Territoires du Nord-Ouest

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca