Essai

Liban, une guerre de 33 jours

jeudi 29 mars 2007, par Pierre BEAUDET

Ce livre panoramique, rédigé par deux des meilleurs experts français sur le Liban, parcourt les diverses dimensions de la guerre survenue l’été dernier. Pendant 33 jours, en effet, l’armée israélienne s’est efforcée de renvoyer le Liban « 25 ans en arrière », selon l’expression des généraux israéliens qui ont été responsables de l’opération. Résultat, plus de 1200 morts, très majoritairement des civils, des milliers de blessés, une infrastructure anéantie, des dommages matériels, selon l’ONU, estimés à plus de 15 milliards de dollars. Et au-delà des terribles destructions, un pays durement secoué dans son identité, ses rêves, ses espoirs.

Au début, la guerre a été déclenchée par une opération de Hezbollah ayant mené à la capture de deux soldats israéliens sur un petit coin du territoire libanais, les fermes de Chebaa, le long de la frontière libano-israélienne. Il faut dire que toute cette région est explosive. Jusqu’en 2000, l’armée israélienne occupait une grande partie du sud du Liban. Après des années de durs combats menés par la résistance libanaise, les Israéliens se sont finalement retirés, mais avec beaucoup d’amertume et de honte. Depuis, le gouvernement israélien rongeait son frein en attendant son heure.

Selon deux journalistes du quotidien israélien Haaretz, l’opération de Hezbollah a servi en fait de prétexte commode .Lors de sa comparution devant la commission d’enquête mise en place par le Parlement israélien, le premier ministre Ehud Olmert a affirmé que le plan appliqué avait été approuvé quatre mois auparavant. Pour sa part, le chercheur français Alain Dieckhoff, un des coauteurs du bouquin Une guerre de 33 jours estime que l’objectif israélien était de « rétablir une capacité de dissuasion qui aux yeux des responsables militaires israéliens avait été sérieusement entamée après les deux retraits unilatéraux du Liban-Sud et de Gaza ».

Bref, il fallait qu’Israël fasse étalage de sa force, d’autant plus que cet exercice était en phase avec les ambitions américaines dans la région. Depuis des mois en effet, l’administration Bush prépare de nouvelles aventures militaires, notamment contre l’Iran. L’attaque contre le Liban devait donc être, dans un sens, une srépétition générale.

On le sait maintenant, cette guerre a été un autre fiasco pour Washington et Tel-Aviv. Certes depuis, l’administration Bush essaie de réparer les pots cassés en manipulant la crise libanaise pour marginaliser Hezbollah. Mais celui-ci est ressorti de la guerre encore plus fort. Selon Élizabeth Picard, non seulement Hezbollah a-t-il reconstitué ses capacités militaires, mais « il est en mesure de mettre la force de l’ONU en difficulté face à Israël. Ayant marqué sa distance avec Damas, souligné la différence de ses intérêts avec ceux de Téhéran et confirmé sa solidarité avec Hamas, Hezbollah s‘est désormais imposé comme un acteur incontournable de la scène proche-orientale, dans la guerre ou la négociation ».

Entre-temps, souligne Sami Makki, « une cassure s’est produite entre la société israélienne et ses institutions. L’armée a été tenue en échec, ce qui est difficilement supportable. Dans ce climat instable, le gouvernement pourrait refuser l’équilibre précaire imposé de l’extérieur tandis que l’opinion publique pourrait inciter l’armée à frapper plus fort lors d’une prochaine intervention. Pourtant, l’histoire des guerres indique que pour Israël, la réponse militaire ne peut en aucun cas apporter une solution durable ».


Liban, une guerre de 33 jours
Sous la direction de Franck Mermier et Élizabeth Picard
La Découverte
Paris, 2007
255 pages.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 13 - No. 07

Le journal Alternatives - Novembre 2007

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Pierre BEAUDET

Le Forum social des peuples ou comment réparer des pots cassés …

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Relations internationales

Le Canada adopte la politique étrangère « America First »

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca