Les « tambours de la guerre » se font entendre au Proche-Orient

mercredi 4 août 2010, par Pierre Haski

Malgré les appels au calme, tout le monde se prépare à une guerre possible, mais pas inévitable, à la frontière israélo-libanaise, au lendemain de l’incident qui a fait quatre morts mardi, le plus grave entre les deux pays depuis le conflit de l’été 2006.

Des renforts israéliens ont été déployés à la frontière nord du pays, même si le ministre de la Défense, Ehud Barak, affirme ne pas vouloir l’escalade. Même attitude côté libanais : le porte-parole de l’armée libanaise se dit prêt à « riposter » à toute « agression », tandis que le Hezbollah, très présent militairement dans le sud Liban, se dit prêt à couper « la main israélienne qui prend pour cible l’armée libanaise ».

Cette brusque montée de tensions n’est guère surprenante dans une région hautement inflammable dans laquelle aucune perspective de règlement négocié des divers conflits n’est en vue.

Au cours des trois derniers jours, on a ainsi assisté à trois incidents mortels :

1. Lundi, des roquettes tirées à partir du Sinaï égyptien, semble-t-il par un groupe armé islamiste, sont tombées dans les régions contigües d’Eilat, dans le sud-est d’Israël, et d’Aqaba en Jordanie, faisant un mort côté jordanien.
2. Mardi, l’incident israélo-libanais, provoqué par une opération israélienne destinée à abattre un arbre, s’est terminée avec quatre morts, deux soldats et un journaliste côté libanais, et un officier israélien.
3. Mercredi, un Palestinien a été tué par un tir d’artillerie israélien près du camp de réfugiés de Khan Younes, dans la bande de Gaza. Vendredi, déjà, Israël avait déclenché un raid aérien, tuant un cadre du Hamas, en représailles à un lancer de roquettes à partir de Gaza.

Aucun rapport entre ces incidents ? Certes, mais un climat d’instabilité majeure, et des incendies mal éteints, ou prompts à se répandre à la première occasion.
L’International Crisis Group : « Les Tambours de la guerre »

Le plus « chaud » est assurément celui qui menace à la frontière libanaise. La veille de l’incident meurtrier de mardi, l’International Crisis Group, un think tank basé à Bruxelles, publiait une note au titre prémonitoire : « Drums of War », « Les Tambours de la guerre »… La note commençait par cette analyse lucide :

« De toutes les explications du calme qui a prévalu à la frontière israélo-palestinienne depuis la fin de la guerre de 2006, la principale, celle qui devrait aussi susciter le plus d’inquiétudes, est la crainte des deux parties de voir le prochain conflit devenir plus dévastateur, et plus étendu, que le précédent.

Aucun des acteurs les plus pertinents -Israël, Hezbollah, Syrie, Iran- ne souhaite cette perspective, et tous, pour l’instant, s’emploient à retenir le feu.

Mais les racines politiques de la crise sont entières, les dynamiques sous-jacentes toujours explosives, et les erreurs de calcul ne peuvent pas être écartées. »

Est-on parvenu au stade de rupture ? Pas si sûr, même si les apparences sont inquiétantes. Il est significatif en tous cas que ce soit autour d’un incident mineur -la tentative israélienne d’éliminer un arbre gênant-, que ce soit enclenché l’échange de tirs de mardi, qui a pris tout le monde par surprise, à commencer par la malheureuse force d’interposition de l’ONU, la FINUL.

Paradoxalement, l’incident a mis aux prises un acteur relativement passif de la guerre de 2006 avec le Hezbollah, et qui ne figure pas parmi les « acteurs les plus pertinents » cités par l’ICG : l’armée nationale libanaise. Israël tenait d’ailleurs mercredi un officier libanais pour responsable de l’échange de tirs de mardi. Selon l’ONU, l’arbre au coeur du problème se trouvait bien en territoire israélien, confirmant la version israélienne de l’incident, et pas au Liban comme l’a affirmé Beyrouth.

Le climat autour du Liban est, il est vrai, particulièrement tendu en ce moment, avec des menaces de tensions communautaires entre chiites et sunnites, suite aux rumeurs sur l’implication par le tribunal spécial pour le Liban (TSL) du Hezbollah dans l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005. Pour le Hezbollah, une telle accusation serait inacceptable et il a fallu un sommet régional avec le roi d’Arabie saoudite, et les présidents syrien et libanais vendredi pour calmer le jeu.

Pas de dynamique de paix au Proche-Orient

Le vrai problème global est l’absence de dynamique de paix quel que soit le « front » concerné. Les tentatives de relancer des passerelles entre Israël et la Syrie, avec l’espoir caché de couper l’axe Damas-Téhéran, ont échoué, et côté palestinien, c’est l’impasse. [La France a nommé mercredi Jean-Claude Cousseran, ancien ambassadeur de France à Damas, et ancien patron des services de renseignement français, émissaire spécial chargé de contribuer à la relance du volet israélo-syrien du processus de paix au Proche-Orient].

La nature du gouvernement israélien actuel, le plus à droite de l’histoire du pays, est évidemment au cœur du débat. Et si le Premier ministre Benyamin Netanyahou se dit désireux de négociations directes avec les Palestiniens, il est fortement soupçonné par les plus conciliants des Palestiniens de chercher seulement à gagner du temps et à endormir l’administration américaine, tout en poursuivant, en sous-main, la colonisation de la Cisjordanie.

Quel que soit l’angle de vision, les perspectives proche-orientales sont sombres. La mobilisation des troupes à la frontières israélo-libanaise n’est peut-être qu’une flambée de tension éphémère au cœur de l’été. Mais quoi qu’il en soit, il y a bel et bien dans cette région un climat de confrontation qui ne demande qu’un champs de bataille pour passer à l’acte.


Voir en ligne : Rue 89

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Publications

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Pierre Haski

Les Touaregs du Nord-Mali, possible clé de la guerre

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Moyen-Orient

Syrie du Nord : une dure leçon pour les luttes à venir ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca