Les lock-outé-es ne lâchent pas

mercredi 1er mai 2002, par Les membres du Syndicat des communications de Radio-Canada

Depuis maintenant un mois, les 1 400 lock-outés du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) du Québec et de Moncton montrent énormément de dynamisme, d’imagination et de créativité. Dès les premiers jours du conflit, la mise sur pied à Montréal d’une vingtaine de comités, la création du « Caneton », un feuillet quotidien d’informations, de « Radio Libre » sur Internet, et de « Camion Libre », qui produit des émissions quotidiennes de deux heures devant la tour de Radio-Canada, à Montréal, donnaient le ton.

Depuis maintenant un mois, les 1 400 lock-outés du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) du Québec et de Moncton montrent énormément de dynamisme, d’imagination et de créativité. Dès les premiers jours du conflit, la mise sur pied à Montréal d’une vingtaine de comités, la création du « Caneton », un feuillet quotidien d’informations, de « Radio Libre » sur Internet, et de « Camion Libre », qui produit des émissions quotidiennes de deux heures devant la tour de Radio-Canada, à Montréal, donnaient le ton.

En décrétant un lock-out, la Société Radio-Canada venait de réveiller une solidarité inédite entre les membres d’un syndicat relativement jeune qu’elle croyait divisé !

Ailleurs au Québec et à Moncton, on observe un même esprit d’initiative et de combativité, qui s’articule autour de trois pôles : le lobby politique, le soutien à nos membres et l’appui du public.

De l’entraide économique au lobbying, tous ces comités ont vu le jour afin de rendre le conflit le moins difficile possible pour les syndiqué-es, et bien entendu, mettre un maximum de pression pour que la Société Radio-Canada négocie de bonne foi avec le syndicat.

L’ambiance sur les lignes de piquetage est festive. Les syndiqué-es de Chicoutimi en sont déjà à leur 2e CD de chansons-maison comme « Sheila loves you, Bradshaw itou ». De son côté, l’ensemble « Deadlock », formé d’employé-es de R-C., RDI, RCI et des Nouveaux Medias interprète le succès : Le boss qui fait non. On organise également des éditions de « Génies sur l’herbe ».

Enfin, qui aurait cru que des professionnels des communications se seraient tus si facilement ? La Radio-Libre diffuse sur Internet depuis le début du conflit. Syntonisez-la au www.scrc.qc.ca ! D’autres ont choisi de participer à la programmation de la radio communautaire étudiante CISM (89,3) en y produisant des bulletins de nouvelles, quelques émissions d’information traitant du conflit, et en travaillant avec les étudiants - qui doivent s’en trouver franchement ravis !

Bref, les employés de Radio-Canada sont en lock-out, mais ils ne chôment pas !

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 08 - No. 08

Le grand jeu en Asie centrale

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Communications

Pourquoi le futur d’Internet a besoin des mouvements de justice sociale

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca