Les gaz de schiste : Priorité au respect de la population et de son territoire

vendredi 4 mars 2011

Conscient de la controverse entourant l’exploration et l’exploitation du
gaz de schiste au Québec, le Réseau Oecuménique Justice et Paix émet ce communiqué de presse :

Nous, soussignés, membres du Réseau œcuménique Justice et Paix (ROJeP), souhaitons affirmer notre vive préoccupation concernant l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste. Nous refusons de céder aux pressions de l’industrie en raison du danger que représente pour l’environnement et la santé des citoyens du Québec cette source d’énergie fossile. Nous le faisons sur la base de nos convictions éthiques concernant la prépondérance du droit de la population à son bien-être et au respect de son territoire sur les privilèges concédés à l’industrie. Porter atteinte au territoire, c’est mépriser la population qui l’habite. « La terre et moi, flanc contre flanc, c’est mon affaire » (Gaston Miron, L’Homme rapaillé).

Un consensus de plus en plus large et documenté existe au sujet des nombreux problèmes majeurs autour de l’exploitation des gaz de schiste : utilisation et contamination de millions de litres d’eau ; injection dans le sol de divers produits chimiques toxiques dont seulement 40 % à 60 % sont récupérés, la balance percolant jusqu’aux nappes phréatiques ; émanation de gaz nocifs comme le radon et le méthane ; usage industriel des meilleures terres agricoles ; entrave au développement des énergies alternatives. Par ailleurs, les citoyens du Québec doivent impérativement savoir que cette industrie ne peut être rentable que si elle est intensive : il s’agit là d’un virage majeur dans la gestion des ressources collectives qui n’a pas fait l’objet d’un débat public. Ce manque de transparence a été dénoncé comme il se devait, et nous partageons cette indignation.

C’est pourquoi nous déplorons fortement le refus du gouvernement d’entendre la demande démocratique d’un moratoire qui démontrerait sa volonté de respecter le bien-être des populations et l’intégrité de leur territoire. Malgré les risques encourus et avérés, l’industrie des gaz de schiste et les instances gouvernementales ont plutôt essayé d’imposer leur projet au nom d’un objectif trompeur de « développement économique » qui risquerait fort de profiter d’abord et avant tout aux entreprises et aux investisseurs.

Nous demandons donc l’arrêt immédiat des activités d’exploration et exigeons la tenue d’un moratoire afin de prendre un recul nécessaire. Cette mesure paraît d’autant plus incontournable que, dans l’état actuel du dossier, tout porte à croire qu’une analyse rigoureuse pourrait bien mener à un refus global de l’exploitation des gaz de schiste.

Le Québec possède le potentiel requis pour devenir un leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, mais cela ne peut se faire sans une réelle volonté politique. À cet effet, l’économie doit être au service de la population et du territoire en s’assurant du consentement libre, préalable et éclairé des communautés.

Le Réseau œcuménique Justice et Paix est formé de groupes qui s’identifient comme engagés dans une perspective chrétienne pour la promotion de la justice, de la paix et de l’intégrité de la création.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca