Documentaire

Les enfants du sucre

mercredi 26 septembre 2007, par Jean-Simon GAGNÉ

À deux pas des plages paradisiaques de la République dominicaine, la cinéaste Amy Serrano a tourné des images bouleversantes des bateys, les grandes plantations de canne à sucre. Autant dire de l’enfer sur terre. Présenté en ouverture du récent Festival international du film haïtien de Montréal, le documentaire a suscité de vives réactions. Personne ne s’en étonnera. Les conditions des travailleurs haïtiens qu’on y croise apparaissent si révoltantes qu’elles parviendraient à émouvoir la pire des brutes.

Le plus souvent, les enfants de ces esclaves modernes n’osent même pas s’aventurer en dehors de leurs quartiers misérables, de peur d’être capturés par les autorités dominicaines et expédiés en Haïti, un pays qu’ils n’ont souvent jamais connu.

L’un des moments forts du documentaire mérite qu’on s’y attarde. Avec une caméra dissimulée, la cinéaste parvient à démontrer la complicité qui existe entre les trafiquants d’esclaves et l’administration dominicaine, depuis le ministre jusqu’au douanier, en passant par le policier et le soldat. Apparemment, tout le monde se donne le mot pour satisfaire les besoins de main d’œuvre des grandes sucreries. De l’autre côté de la frontière, en Haïti, on trouve même des « rabatteurs » qui parcourent les villages pour inciter les jeunes à venir travailler dans les grandes plantations de canne à sucre de la République dominicaine.

Le formidable documentaire d’Amy Serrano rappelle qu’on trouve désormais plus d’esclaves à travers le monde qu’aux pires moments de la traite des Noirs. Environ 25 millions, selon l’Organisation mondiale du travail (OMT). Les Haïtiens des bateys ne sont malheureusement qu’un cas parmi tant d’autres.

Voyageur, toi qui est venu prendre du bon temps sur une plage de la République dominicaine, souviens-toi des damnés de la canne à sucre. À deux pas de ton petit paradis, ceux-là ne sont nés que pour souffrir et être humiliés. Encore et toujours. Leurs conditions de vie, parions que même ton chien ou ton chat n’en voudrait pas...


Les enfants du sucre/The Sugar Babies
Amy Serrano. Anglais / Créole / Espagnol sous-titré français
États-Unis, 90 min, 2007

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 14 - No. 02

Des veuves pour réconcilier tout le monde

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Jean-Simon GAGNÉ

Aux États-Unis, 91 % des stations de radio préfèrent la droite...

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca