Haïti

Les défis d’un pays malmené

jeudi 6 avril 2006, par Jean-Claude Icart

Tout au long du XIXe siècle, Haïti a été isolée. Mais au début du siècle suivant, le pays est revenu dans le monde. Haïti a été un membre fondateur de la Société des Nations. Elle a même reçu la première mission d’assistance de l’ONU au début des années 50. Par la suite, la présence haïtienne s’est fait sentir dans le monde, par exemple par la présence de coopérants en Afrique. Entre-temps, le pays a été enfermé dans une dictature qui a été appuyée par les pays occidentaux dans le contexte de la guerre froide. Par la suite dans les années 80, Haïti a été prise en main par la Banque mondiale et les politiques néolibérales. On peut dire que depuis ce temps, la gouvernance du pays s’est déplacée à l’extérieur. En 1987, l’équipe de transition de Prosper Avril demande l’aide de l’ONU pour l’organisation d’élections. Mais l’armée massacre et brise le mouvement démocratique. Il faut attendre en 1990 avec une autre élection où Aristide est élu. Depuis, les missions de l’ONU se sont succédé, de même que celle de l’OEA et de la CARICOM. Entre-temps, l’emprise américaine sur l’économie haïtienne s’est consolidée.

Le problème avec la MINUSTAH

Au début de 2004, la violence éclate, y compris, pour la première fois, dans les villes. Le nombre de réfugiés augmente. La situation devient intolérable. La MINUSTAH arrive finalement sur le terrain, mais son mandat est confus. Ce n’est pas un conflit entre États, ni entre armées organisées. Le côté militaire du problème de sécurité est distinct Face à cela, la mission est encore trop militaire et les soldats ne sont pas préparés à des opérations de police. Maintenant il faut admettre que la MINUSTAH a eu un certain effet de dissuasion. Préval a raison de dire qu’il serait difficile d’imaginer la situation sans la MINUSTAH. Même si du côté économique, les retards ont créé un immense problème. Chose certaine, Haïti ne s’en sortira pas sans appui international important, mais ces institutions sont-elles capables de faire le travail ??


* Jean-Claude Icart est chercheur et formateur au sein de la communauté haïtienne de Montréal. Extrait de son allocution prononcée lors du colloque sur « la responsabilité de protéger » organisée par la Chaire Raoul-Dandurant de l’UQÀM le 29 mars 2006.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Dossier Haïti

Appuyer la reconstruction et le développement d’Haïti : un devoir de solidarité

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Articles sur le même sujet

Autres articles

Le Canada va accroître son appui à l’impérialisme français au Mali

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca