Les Dépossédés

mardi 2 mai 2006, par Charles QUIMPER

Au début des années 1990 en Grande-Bretagne, le gouvernement Thatcher mettait en place de nouvelles mesures économiques qui allaient paver la voie à l’économie ultra capitaliste que le monde entier a le bonheur de connaître aujourd’hui. Désormais, il n’y aurait plus jamais de honte à être prospère. Les grandes entreprises cessèrent de cacher timidement leurs profits et se mirent à glousser de plaisir devant la croissance de leur chiffre d’affaires. Au détriment des êtres humains, la livre sterling remplaça Dieu.

On a alors assisté à l’émergence d’une nouvelle race de pauvres. La pauvreté n’est plus seulement l’apanage de la classe ouvrière, des marginaux, des malades mentaux ou des toxicomanes. Elle s’est propagée davantage, se glissant furtivement dans des milieux jusqu’alors épargnés. Les bas salariés découvrirent rapidement une nouvelle sorte de faim. Soudainement, la classe moyenne et des familles entières eurent besoin de deux, trois voire quatre revenus pour arriver à boucler leur budget.

Pendant cette période, l’écrivain Robert McLiam Wilson et le photographe Donovan Wylie se livrèrent à une enquête dans différents coins du pays. À travers eux, nous rencontrons ces dépossédés : des gens ordinaires, honnêtes et travaillants dont les genoux fléchirent, des gens jetés par terre par la sauvagerie d’un système économique impitoyable. Des gens qui, tout comme les auteurs, ont du mal à comprendre cette brusque précarité économique.

« La pauvreté est une chose étrange. Elle est atemporelle, internationale et apparemment permanente. Elle est tolérée, ignorée et supportée. [...] C’est une conséquence auto-infligée du déclin industriel. C’est un garde-fou créé par l’évolution. C’est une retombée de la conspiration capitaliste. C’est la volonté de Dieu. »

Livre inclassable, Les Dépossédés se situe à mi-chemin entre le roman et l’essai. À sa façon, c’est aussi un déchirant réquisitoire contre la barbarie du capitalisme à outrance.


Les Dépossédés

Robert McLiam Wilson & Donovan Wylie,

Christian Bourgois Éditeur, 2005, 348 pages

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 12 - No. 08

Turquie : grandes manœuvres sur fond de crise

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Charles QUIMPER

La nuit sud-américaine

Plus d'articles :  1 | 2 | 3

Articles sur le même sujet

Pauvreté

Les défis des vingt ans d’Alternatives

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca