Le temps de construire

samedi 1er février 2003, par Gil COURTEMANCHE

PHOTO : PIERRE LONGT

Porto Alegre - Avec l’élection de Lula au Brésil, dont on pourrait dire qu’il est un peu comme le président honorifique du Forum social mondial, le FSM et l’ensemble du mouvement progressiste sentent bien que nous entrons dans une nouvelle ère.

En Amérique latine, la victoire du Parti des travailleurs de même que l’élection d’Eduardo Guttierez en Équateur ont produit une vague d’espoir qu’on pouvait palper. La gauche, les syndicats, le mouvement associatif sont revigorés, renforcés par ces bouleversements politiques. Habitués à l’opposition, sinon à la clandestinité, les militants pensent que les succès brésiliens donneront une nouvelle vigueur aux forces démocratiques du continent.

Quant aux délégués canadiens et québécois au FSM, ils sont aux prises avec des responsabilités urgentes. S’ils sont convaincus qu’il faut poursuivre l’action chez nous dans l’esprit du FSM, ils font face à un défi exigeant. Après la mobilisation altermondialiste, après l’analyse et la sensibilisation, il s’agit maintenant d’entrer dans l’ère de la construction d’une société alternative et solidaire.

Et cela ne peut se faire qu’à travers l’action politique.
L’exemple brésilien et l’ensemble des analyses et des discussions des trois derniers FSM tracent une voie, si nous sommes logiques avec notre présence ici, dans laquelle il faut nous engager. L’annonce par les ONG canadiennes et québécoises de la mise sur pied d’un Forum social Canada-Québec est un pas dans la bonne direction. Au Québec, il faut multiplier les forums dans chaque région et faire en sorte qu’ils deviennent les creusets de vastes alliances permanentes entre toutes les forces progressives locales.

De manière générale, il est de plus en plus évident que l’action morcelée des syndicats, des groupes populaires et des ONG ne mène toujours qu’à des victoires ponctuelles et fragiles. Ce qu’il faut retenir de Porto Alegre, c’est que le changement et la démocratie ne peuvent naître que de larges coalitions citoyennes fondées sur un programme de revendications communes inspirées de ce qui unit la société et non pas de ce qui la divise.

Maintenant que nous savons que la construction d’un autre monde, d’une autre politique est possible, nous nous lançons dans l’édification d’une alternative à la politique traditionnelle ou en toute logique, nous cessons de venir fêter la solidarité à Porto Alegre.

Gil Courtemanche, journal Alternatives


L’auteur est également chroniqueur pour Le Devoir. Il a assisté au 3e Forum social mondial de Porto Alegre à l’invitation d’Alternatives, pour en faire la couverture, à la fois pour Alternatives et Le Devoir.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 09 - No. 05

Ce que n’est pas Fred Fortin

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Gil COURTEMANCHE

Tsunami politique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Brésil

Bolsonaro : quand l’exception devient la règle

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca