Le talon vert de Stephen

dimanche 25 mars 2012, par Michel LAMBERT

Les conservateurs de Stephen Harper ne cachent aucunement que leur unique stratégie économique consiste à exploiter au maximum le pétrole des sables bitumineux. Depuis quelques mois, alors qu’ils apparaissaient de marbre devant toutes les récriminations ou mobilisations populaires sur quelques enjeux politique, social ou encore de droit que ce soit, ils sont soudainement secoués devant les luttes citoyennes et les campagnes environnementales qui appellent à davantage de contrôle sur l’industrie extractive canadienne. C’est leur talon d’Achille. En conséquence, il ne faut rien voir de moins, dans les récentes attaques des conservateurs contres les mouvements environnementalistes au Canada, que l’amorce d’une très sale guerre « anti-nature » qui visera à museler tout discours « vert » au Canada de Harper.

Dans le contexte où au Québec les mouvements citoyens de multiplient contre les gaz de schistes et le Plan Nord, où au Canada les nations autochtones s’activent contre l’industrie minière et les sables bitumineux, où à l’international, les voix s’élèvent de plus en plus contre la politique anti-environnementale canadienne, il y a certes là une opportunité pour les mouvements sociaux québécois, canadiens et autochtones, avec l’appui des mouvements environnementaux internationaux, de mener ensemble une lutte déterminante contre ce gouvernement.

Les premières salves

C’est initialement le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, ministre dont le mandat est d’encourager le développement durable et l’utilisation responsable des ressources minérales, énergétiques et forestières, qui les lança. Le 9 janvier dernier, à quelques heures d’une consultation publique sur le fameux pipeline de la société Enbridge en Colombie-Britannique, il accusait certains groupes environnementaux d’être financés par des « intérêts étrangers pour nuire au développement économique canadien ».

Mais cette attaque n’est que la pointe de l’iceberg. Depuis l’abandon catastrophique du Protocole de Kyoto qui justement aurait forcé le Canada à diminuer sa production de pétrole, plusieurs médias ont rapporté une intense et inacceptable activité de plaidoyer international, organisée et financée à même nos impôts et coordonnée en très haut lieu entre le gouvernement et l’industrie pétrolière. Elle vise, au mieux à vendre le pétrole des sables bitumineux ou, au pire, à faire d’intenses pressions à ces nations qui seraient tentées d’imposer des contrôles sur leurs importations pétrolières. L’Unions européenne, qui souhaitait récemment mettre des contraintes sur le pétrole sale canadien, a dû faire marche arrière.

Au Canada, après la mise à pied de centaines d’employés d’Environnement Canada, alors qu’on s’apprête à sabrer dans les législations qui jusqu’à maintenant protégeaient la faune aviaire et son habitat (évidemment parce qu’il se trouvent de nombreux marais, lacs et rivières sur la route du pipeline !!), les ténors conservateurs multiplient les attaques contre les groupes environnementaux, et pas les moindres. Le 15 mars, le Ottawa Citizen rapportait les propos du Sénateur conservateur Don Plett lequel alléguait rien de moins que les organisations environnementales canadiennes pourraient être tentées par l’argent de groupes terroristes comme le Hamas, les talibans ou Al Qaeda ! Une affirmation des plus surréalistes, mais qui en dit long sur la détermination des troupes de Stephen Harper.

Des mobilisations sans précédent !

Mais en contrepartie, les mobilisations visant à protéger l’environnement sont largement en hausse. Au Québec particulièrement, la lutte pour un moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste implique des milliers de citoyens lesquels pourraient à court ou moyen terme forcer le gouvernement à reculer. Même son de cloche plus globalement au niveau de l’industrie minière alors que le Plan Nord du gouvernement de Jean Charest semble surtout avoir permis de rouvrir le débat sur une loi des mines centenaire qui donne tous les droits à l’industrie ; sur la question des redevances à l’État et plus globalement sur la gestion des ressources naturelles d’ici qui font partie du bien commun de l’ensemble des Québécoises et des Québécois. Plusieurs groupes environnementaux et sociaux ainsi que des citoyens de partout au Québec préparent d’ailleurs pour le 22 avril, jour de la terre, ce qui pourrait bien être la plus grande manifestation pour l’environnement de l’histoire !

Au niveau canadien, les mobilisations prennent chaque jour plus d’ampleur contre les sables bitumineux. Depuis septembre, où plus de 200 personnes étaient arrêtées à Ottawa dans le cadre d’une action de désobéissance civile qui regroupait des groupes de partout incluant plusieurs groupes autochtones, il n’est pas une semaine sans que se manifestent de nouvelles voix questionnant l’obstination conservatrice en faveur des sables bitumineux et contre tout le reste.

Défendre ensemble le vert

Ces enjeux sont québécois, canadiens et internationaux. Dans quelques mois, s’ouvre à Rio de Janeiro le Sommet sur le développement durable (Rio+20). Comme lors des dernières négociations sur les changements climatiques à Copenhague, Cancun et Durban, il est prévisible qu’au Brésil, les envoyés de Stephen Harper chercheront à empêcher toute avancée qui pourrait de près ou de loin limiter l’exploitation du pétrole canadien.

S’il est un endroit, un moment, où l’expression « mondialisation des solidarités » doit prendre un sens, c’est précisément sur les questions environnementales, et c’est maintenant. D’un océan à l’autre, les mouvements sociaux et citoyens, les mouvements environnementaux et les nations autochtones doivent renforcer leurs alliances et leurs stratégies sur les enjeux liés à l’extractivisme et aux changements climatiques et forcer ainsi des concessions. Par la même occasion, ils doivent s’allier aux mouvements internationaux qui veulent aussi diminuer les impacts négatifs du gouvernement canadien sur les politiques climatiques internationales.

Une réplique « verte », concertée de l’intérieur comme de l’extérieur est dans le contexte une réelle possibilité. Et c’est sans l’ombre d’un doute la meilleure carte pour ceux et celles qui veulent construire une opposition extraparlementaire à ce gouvernement.

<a class="addthis_button_preferred_1"><a class="addthis_button_preferred_2"><a class="addthis_button_preferred_3"><a class="addthis_button_preferred_4"><a class="addthis_button_compact"><a class="addthis_counter addthis_bubble_style">


Voir en ligne : Original sur le Huffington Post Québec


Depuis la publication originale de cet article le 23 mars dernier, le Gouvernement Harper a lancé une nouvelle salve le 30 mars en octroyant le pouvoir à Revenu Canada de retirer le Statut d’organisme charitable à un groupe qui critique l’expansion de l’industrie pétrolière au Canada...

À propos de Michel LAMBERT

Co-fondateur en 1994 puis Directeur général d’Alternatives entre 2007 et 2020, Michel Lambert fut Président de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale de 2017 à 2020. Il a travaillé au rapprochement des groupes et organisations de la société civile, d’ici et d’ailleurs pour la promotion des principes de la démocratie, de l’égalité et de l’équité pour tous.

Il a tour à tour développé plusieurs des programmes de solidarité internationale d’Alternatives en plus de lancer et animer de multiples campagnes de justice sociale au Québec et au Canada. Il a dirigé l’antenne d’Alternatives en République démocratique du Congo entre 2002 et 2005 avant de prendre la direction de l’organisation en 2007.

Michel Lambert fut membre du Conseil de Gouvernance d’Alternatives International , du Conseil d’administration d’Alliance syndicats et tiers-monde. Il a aussi été membre des Conseils de l’AQOCI entre 2009 et 2013, de l’Association pour le progrès des communications (APC) entre 2008 et 2011 puis entre 2017 et 2020 et de Food Secure Canada entre 2009 et 2012

Il a représenté Alternatives au Conseil International du Forum social mondial et au sein de diverses coalitions québécoises et canadiennes dont notamment, les coalitions Pas de démocratie sans voix, Voices/voix. le Réseau québécois de l’intégration continentale - RQIC et plus récemment au comité de coordination du Front commun pour la transition énergétique .

Michel Lambert a joué un important rôle de mobilisation et de construction lors du Forum social des peuples tenu à Ottawa en août 2014 .

En 2018, il confondait Cultiver Montréal, le réseau des agricultures montréalaises.

En 2020, il a contribué à la création du FISIQ, le Fonds d’investissement solidaire international du Québec.

Suivez Michel Lambert sur Tweeter

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Michel Lambert

« Québec ZéN » : S’unir pour une transition énergétique juste

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michel LAMBERT

A Baghdad, le Forum Social retrouve toutes ses lettres de noblesse

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca