Journal des Alternatives

Le mur et le « shahid »

Pierre BEAUDET, 25 février 2004

À chaque jour, le mur de l’apartheid encercle davantage la Palestine. Entre-temps, Washington et ses alliés sabotent l’initiative de l’Assemblée générale des Nations unies via la Cour internationale de justice de La Haye. Aux insultes s’ajoutent les injures et aux injures s’ajoutent les blessures, gravées dans le corps des jeunes Palestiniens qui meurent à chaque semaine. Devant cette montagne de répression et de mépris, la colère gronde dans les bidonvilles de Gaza, de Naplouse, de Jénine. Des démagogues appellent à la vengeance, au meurtre, « Œil pour œil, dent pour dent », en oubliant que dans cette bataille de l’absurde, tout le monde devient aveugle et édenté. Au nom de l’islam ou de la résistance palestinienne, on envoie dans les rues de Tel-Aviv ou de Jérusalem de jeunes désespérés, les « shahid », tuer des enfants, des femmes, des hommes qui n’ont rien à voir avec le mur de l’apartheid. On est loin du Vietnam, où la direction de la lutte anti-coloniale avait interdit les attentats visant des civils. Encore plus loin de l’Inde, libérée du joug britannique par l’action non-violente et de masse. « Que faire ? » se demandent des militants palestiniens et israéliens qui se battent pour la démocratie, la paix, la fin de l’occupation. Mustapha Barghouti, un médecin-militant palestinien a sa réponse : « Résister contre la colonisation et non contre le peuple israélien, lutter pour changer cette culture de la haine, y compris au sein de notre propre peuple, se battre contre tous les fanatismes. »

Il sera à Montréal à l’invitation d’Alternatives le 2 mars prochain. Sa conférence aura lieu à l’Auditorium du Hall Building de l’Université Concordia, 1455, Maisonneuve Ouest (métro Guy-Concordia) à 19h.