Montréal

Le cas de l’aluminerie de la Noranda dans la Patagonie chilienne

Conférence publique du Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC), Lundi le 3 mars à 19:00

Catherine VAILLANCOURT-LAFLAMME, 27 février 2003

La région d’Aysen en Patagonie chilienne est réputée pour être une des trois régions le moins contaminée au monde. Elle fait face à une menace brutale : Le méga projet Alumysa, de l’entreprise transnationale canadienne Noranda, dont l’objectif est d’installer une fonderie d’aluminium. Comment explique-t-on les agirs de Noranda dans un contexte de libéralisation des échanges ? Que propose la Zone de libre-échange dans les Amériques (ZLEA) à ces citoyens et citoyennes ?

Conférence publique du Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC)

- L’environnement endigué
- Le cas de l’aluminerie de la Noranda dans la Patagonie chilienne

Avec

  • Peter Hartmann,
    du Comité national de défense de la flore et de la Faune, Chili
  • Dorval Brunelle,
    Groupe de recherche sur l’intégration continentale, Québec
  • Un greviste de l’usine Noranda de Rouyn-Noranda,
    Québec

- Présentation du documentaire Corazon verde

Lundi, le 3 mars 2003, 19h00
Salles A et B (au sous-sol)
Confédération des Syndicats Nationaux
1601, rue de Lorimier, Montréal. (sortie métro Papineau)

Contribution volontaire de 5$ à la porte
Les présentations se feront en espagnol et en français.
Une traduction consécutive vers le français sera disponible.


La région d’Aysen en Patagonie chilienne est réputée pour être une des trois régions le moins contaminée au monde. Elle fait face à une menace brutale : Le méga projet ALUMYSA, de l’entreprise transnationale canadienne NORANDA, dont l’objectif est d’installer une fonderie d’aluminium qui demandera la construction de 3 centrales hydroélectriques, 5 barrages et d’autres travaux d’une influence considérable (routes et lignes de transmission électrique). Ces infrastructures auront un impact direct sur trois lacs ainsi que sur des rivières précieuses et des estuaires. Cette aluminerie déverserait dans l’environnement plus de 1,5 million de tonnes de déchets solides et gaseux par année.

Depuis le 18 juin2002. les 550 travailleurs et travailleuses de la Fonderie Horne de Rouyn Noranda sont en grèves. Dans les négociations du nouveau contrat de travail (échu depuis mars 2002), Noranda Inc propose des reculs aux acquis. Ces derniers touchent principalement les droits d’ancienneté. Noranda Inc plaide la souplesse dans les engagements de travail afin pouvoir manipuler les travailleurs à sa guise. Au niveau environnemental, les dangers actuels pour la population et les travailleurs se situent au niveau de la récupération des poussières et des gaz contenant de l’arsenic lesquels qui se répandent dans librement dans l’environnement.

Le Canada et le Chili ont signé en 1997 un Accord de libre-échange, lequel s’accompagne d’accords auxiliaires qui ont été élaborés à partir du modèle de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), de l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l’environnement (ANACE) et de l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine du travail (ANACT). Paradoxalement, dans cet accord, le Canada et le Chili auraient convenu d1améliorer la coopération environnementale et de faire appliquer efficacement les lois environnementales, comme celles qui concernent l’eau, l’atmosphère, les substances toxiques et la faune sauvage.

Comment explique-t-on les agirs de Noranda dans ce contexte de libéralisation des échanges ? Que propose la Zone de libre-échange dans les Amériques (ZLEA) à ces citoyens et citoyennes ?

Des renseignements seront mis à disposition de ceux et celles qui souhaitent participer à la Consulta sur la ZLEA, organisé par le RQIC.

Pour plus d’information :
Catherine Vaillancourt-Laflamme
Alternatives/RQIC
http://www..rqic.qc.ca
rqic@alternatives.ca
Téléphone : (514) 982-6606.poste 2001

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca