Le bouclier antimissile ? Non merci !

Monsieur le premier ministre Paul Martin

jeudi 30 septembre 2004, par ZOMBIE

Suite à la déclaration du ministre de la défense Bill Graham dans une entrevue au Ottawa Citizen soutenant que votre gouvernement pourrait prendre seul la décision de participer au projet de bouclier antimissile américain sans consulter la Chambre des Communes, nous voudrions, en tant que citoyens Canadiens, vous donner notre opinion sur le sujet.

Premièrement, nous vous demandons par la présente de ne pas prendre une décision aussi grave sans demander explicitement le consentement de la population canadienne ou de ses représentants : les députés de la Chambre des Communes. Deuxièmement, nous avons jugé important de vous écrire cette lettre afin de vous faire part de notre total désaccord quant à la participation active du Canada à ce projet.

Tout d’abord, nous croyons que la question de la participation du Canada au bouclier antimissile en est une de première importance pour tous les Canadiens et les Canadiennes. Comme vous le savez, c’est aussi une question très contestée, même à l’intérieur de votre propre parti, pour diverses raisons allant de la façon de gérer les fonds publics aux inquiétudes concernant la paix mondiale et à l’indépendance du Canada face aux États-Unis. Dans ce contexte, et considérant à plus forte raison que vous êtes le chef d’un parti politique minoritaire n’ayant reçu que 36.7% des votes aux dernières élections fédérales, il serait à notre avis dangereusement anti-démocratique que vous et votre cabinet preniez seuls une décision aussi capitale. C’est pourquoi nous vous demandons de tenir un référendum national sur la participation du Canada au bouclier antimissile ou, à tout le moins, de demander un vote à la Chambre des Communes sur ce sujet.

Ensuite, nous vous demandons de ne pas engloutir l’argent des contribuables Canadiens dans le projet de bouclier antimissile américain pour plusieurs raisons. Premièrement, il y a quasi-consensus parmi la communauté scientifique américaine et internationale à l’effet que ce projet soit techniquement irréalisable. En plus des difficultés purement technologiques, le bouclier antimissile ne pourrait nous protéger que contre quelques types de missiles spécifiques et ne provenant que de quelques États ciblés et prédéterminés. Les experts le considèrent comme étant facilement déjouable en plus de ne pas être adapté à plusieurs armes modernes, comme les armes chimiques et bactériologiques. Deuxièmement, les coûts estimés de ce projet sont astronomiques : ils se chiffrent à plusieurs dizaines de milliards de dollars américains. Nous pouvons concevoir que certaines industries et certains individus puissent tirer profit de cette dépense gouvernementale majeure, mais il nous semblerait plus profitable pour les Canadiens et les Canadiennes d’investir leurs économies dans un projet autre que ce projet de guerre voué à l’échec.

Troisièmement, nous croyons que la mise en place peu probable d’un bouclier antimissile qui s’avérerait réellement efficace pourrait contribuer à intensifier la course mondiale à l’armement en réponse à l’avantage militaire supplémentaire qu’il procurerait aux États-Unis sur le reste du monde. La participation du Canada donnerait de la crédibilité à l’administration américaine afin de continuer à utiliser la force plutôt que la diplomatie et d’agir selon sa seule volonté sur le plan international. Cette approche est contraire à la tradition canadienne.

Finalement, M. Graham affirmait que le Canada pourrait « le regretter » s’il ne participait pas à ce projet. Nous pensons, au contraire, que les Canadiens et les Canadiennes pourraient très certainement le regretter s’ils prenaient part à un projet de domination militaire et que le Canada perdrait ainsi sa réputation internationale de nation pacifique et intègre. Nous sommes d’avis que la paix s’obtient en minimisant le nombre d’ennemis plutôt qu’en maximisant la puissance militaire.

M. Martin, nous vous exhortons donc de ne pas prendre de décision concernant la participation du Canada au bouclier antimissile américain sans consulter la population canadienne et les députés qui la représentent. Nous pensons qu’il existe suffisamment d’arguments, auxquels beaucoup de Canadiens et Canadiennes sont sensibles, qui prouvent que ce
projet est une utopie technologique pour laquelle l’éventuelle participation du Canada serait inappropriée et néfaste. À la participation du Canada au projet de bouclier antimissile, nous hurlons donc : « Non merci ! ».


Vincent Bouchard est boursier Rhodes du Québec 2001, étudiant au doctorat, physique théorique à l’Université d’Oxford, fondateur et éditeur de ZOMBIE.

Sylvie Brunet est étudiante au doctorat, physique des particules, Université de Montréal et Stanford Linear Accelerator Center, fondatrice et éditrice de ZOMBIE.

Geneviève Choquette est docteur en philosophie de l’Université de Paris-Sorbonne et chargée de cours à l’Université Concordia et à l’Université du Québec à Montréal, fondatrice et éditrice de ZOMBIE.

David Côté est étudiant au doctorat, physique des particules, Université de Montréal et Stanford Linear Accelerator Center, fondateur et éditeur de ZOMBIE

ZOMBIE

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Armement

Yémen, le sang des armes, les larmes des mots

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca