La technologie dans la favela

jeudi 1er mai 2008, par Sophie Guérin

Elle a trois ans et je dors chez elle ce soir, dans la favela. Elle a trois ans et la première chose qu’elle me montre en arrivant dans sa petite maison ce sont ses deux photos qu’elle possède. Pour lui faire plaisirs, je fais des photos avec elle. Après quelques minutes d’amusement, le jeu devient plus sérieux et ce ne sont pas les idées qui lui manquent. Elle me lance tout à coup cette phrase : "Tu vas me prendre en photo avec le cellulaire de ma mère." La majorité des habitants de Rosalina n’ont pas d’accès direct à l’eau, leurs rues sont en fait des ruelles avec des égouts à ciel ouvert, mais ils ont tous leur cellulaire et leur compte Orkut (Facebook brésilien).

Portfolio

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •    
Articles de la même rubrique

Des visages pour un monde différent

Female Farmer of the Year

Articles du même auteur

Sophie Guérin

Droit à la libre circulation des peuples

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca