La peste ou le choléra

jeudi 11 juillet 2013, par Claude Généreux

Le déraillement du train de la compagnie MMA survenu à Lac-Mégantic est un drame inqualifiable pour cette communauté. De plus, alors que tous les morts ne sont même pas encore identifiés, certains se prononcent en faveur du transport de ce type de produit par pipeline. C’est répugnant.

Bien sûr, on nous dira qu’on ne cessera pas de consommer ces hydrocarbures du jour au lendemain ; qu’il y aura une transition, etc. Mais je ne vois pas l’ombre du commencement du début d’une telle transition. Le bolide de la pétro-dépendance ne ralentit pas, au contraire, il accélère. C’est de la boulimie énergétique qu’il s’agit ici.

Ultramar nous informe de son étude concluant qu’il y a 40 fois moins de risque de déversements lorsque le pétrole est transporté par pipeline que par train. Mentir ce n’est pas dire toute la vérité, comme dirait l’autre. S’il y a 40 fois moins de risque, tant mieux, car les fuites de pétrole par oléoduc sont 210 fois plus importantes selon une autre étude, celle-là de l’Association of American Railroads.

Je veux avoir autre chose comme choix que ce qui est offert dans ce drame, à savoir train ou pipeline. Choisir entre la peste ou le choléra ? Non merci.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles sur le même sujet

Canada

Dix ans après le coup d’État, le Honduras forcé à migrer

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca