Murray Dobbin

La panacée de Paul Martin

dimanche 25 avril 2004, par Murray DOBBIN

Murray Dobbin

Paul Martin ne cesse de parler de son « programme très ambitieux », mais on a beau se forcer, il est de plus en plus ardu d’y trouver de l’ambition. À moins qu’il ne s’agisse de son intention de diminuer la dette. Paul Martin et son obéissant ministre des Finances sont déterminés à abaisser la dette nationale à 25 % du produit intérieur brut (PIB). C’est gravé dans le roc.

Le ministère des Finances et les économistes en général évaluent la dette en fonction du ratio dette/PIB parce qu’il indique l’ampleur de la dette par rapport à la capacité du pays à la payer. La dette canadienne est présentement à 40 % du PIB, le meilleur score des pays du G7. La plupart des économistes considèrent la dette sous contrôle : il n’y a pas d’argument économique fondé pour justifier un objectif de 25 %. Ce chiffre est tout à fait arbitraire.

Cependant, si votre but est de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour éviter d’augmenter les dépenses dans les programmes sociaux, alors la cible de 25 % est l’outil idéal. Vous n’avez qu’à convaincre les Canadiens que la diminution de la dette est toujours la plus importante des priorités nationales, à invoquer l’argument qu’un déficit mènera inéluctablement à une catastrophe et à établir le chiffre magique de 25 %. Bingo ! Nous n’aurons plus jamais à dépenser un dollar supplémentaire dans les programmes sociaux.

Cette stratégie est une variation d’une vieille habitude comptable de Martin : délibérément sous-évaluer les surplus pour qu’il n’ait pas à réinvestir dans les programmes sociaux qu’il a sabré au milieu des années 90. Martin a utilisé ce truc si souvent que c’en est devenu une farce, même à Bay Street. Il a utilisé toutes sortes de manigances pour y arriver : tripler la somme allouée au coussin budgétaire, surestimer les dépenses, sous-estimer les revenus…

Pourquoi est-ce important que l’estimation soit erronée ? Parce qu’à la fin de l’année, tous les surplus additionnels vont au service de la dette. L’argent devant être dépensé durant l’année fiscale, et parce que la somme des surplus demeure inconnue jusqu’au dernier mois, il devient presque impossible ensuite de les dépenser dans les programmes gouvernementaux.

Paul Martin est déterminé à protéger et à transmettre l’héritage qu’il considère comme le plus important de sa carrière : l’entière redéfinition du rôle du gouvernement fédéral. Son budget de 1995 est mieux connu pour ses coupes énormes en santé, en éducation et en aide sociale. Mais si on se fie au discours du budget Martin de 1995, c’est « la redéfinition du gouvernement qui est le plus grand accomplissement de ce budget. » Il s’enorgueillissait que « les dépenses dans les programmes gouvernementaux seraient plus basses en 1996-97 qu’elles ne l’ont jamais été depuis 1951. »

Avec cette médecine, en moins de deux ans, le déficit s’était évaporé et le gouvernement fédéral accumulait des surplus significatifs. Ces surplus étaient la vraie hantise de Paul Martin, car il savait que les valeurs canadiennes exigeaient un réinvestissement dans les programmes sociaux. Alors, en 2000, il accorda aux corporations et aux Canadiens les plus riches des baisses d’impôt de 100 milliards de dollars sur cinq ans. Mais l’argent continue néanmoins de croupir dans les coffres de l’État. Cette année, Ralph Goodale avait insisté sur le fait que les surplus s’élèveraient à 2 milliards de dollars pour finalement admettre qu’ils atteindraient plutôt 5 milliards, au moins. Peu importe, Martin a sa panacée : réduire la dette nationale à 25 % du PIB.


L’auteur est chroniqueur pour rabble.ca et auteur de l’essai Paul Martin, un PDG à la barre (Écosociété, 2003).

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 08

L’envers du miracle sud-africain

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Murray DOBBIN

What really fuels immigration

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Économie

Deux significations du mot « urgence »

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca