La montée en puissance de la Chine

mercredi 15 septembre 2021, par Marie-Pascale Gagné

La Chine s’efforce de consolider sa puissance à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières. Unité nationale, urbanisation, présence accrue dans l’espace maritime mondial, nouvelles routes de la soie, hard et soft power, métaux rares… la liste des ambitions chinoises est longue. Son omniprésence à l’échelle mondiale, elle, se concrétise.

L’unité de la nation chinoise

Quatrième plus grand pays dans le monde, la Chine doit faire face aux défis sociaux et territoriaux qui s’imposent avec un territoire aussi vaste. Certaines régions souffrent d’enclavement, comme les provinces les plus reculées de l’Ouest rural. Toutefois, des mesures comme la politique vers l’Ouest sont mises en place pour développer la Chine intérieure autour des villes de Chongqing, Chengdu et Xi’an, ce qui correspond à la volonté du président Xi Jinping d’assurer « l’unité de la nation chinoise ». La théorie d’une seule Chine, en plus de viser l’annexion de Taiwan, concerne les régions du Tibet et du Xinjiang, au détriment des peuples qui y vivent (Tibétains et Ouïghours).

La métropolisation

La Chine organise son territoire autour de ses grandes villes dans une logique de métropolisation de sa structure interne. L’accent est mis de manière encore plus marquée sur les métropoles littorales, considérées comme point tournant dans sa volonté de s’imposer comme grande puissance mondiale. Un des grands projets de Xi Jinping est notamment de faire de la région Guangzhou, Macao et Hong Kong l’aire urbaine la plus importante au monde, la mégalopole du Delta de la rivière des Perles, réunissant 60 millions d’habitants dans 11 grandes villes.

L’espace maritime mondial

L’émergence de la Chine comme puissance mondiale est frappante dans son obsession à se projeter hors de son territoire. D’ailleurs, Xi Jinping n’hésite pas à affirmer sa volonté de faire du pays l’hyperpuissance mondiale. Dans le contexte de la globalisation, où les marchés se multiplient et se diversifient, la Chine accentue sa présence dans l’espace maritime mondial. Le pays s’impose autour de plusieurs points de passage, comme le canal de Panama où on constate de plus en plus d’investisseurs chinois. De plus, la Chine planifie le percement d’un canal en Thaïlande, dans l’isthme de Kra, qui aiderait ses exportations et son approvisionnement en énergie.

La mer de Chine

La Chine souhaite maitriser totalement la mer de Chine pour différentes raisons. D’abord, parce que le tiers du commerce mondial y transite et que plusieurs de ses grandes infrastructures y sont installées, dont le port de Shanghai, qui est le plus important au monde. Mais aussi pour des raisons liées aux ressources. Plusieurs pays revendiquent les archipels des îles Paracels et Spratleys, présents dans cette mer, pour les ressources naturelles qu’ils comportent et pour pouvoir acquérir leurs vastes zones économiques exclusives (ZEE), c’est-à-dire l’exploitation des ressources qui s’y trouvent de manière exclusive. Ces dernières années, la Chine essaie de contrôler ces îles par la force et l’influence.

Jusqu’au pôle Nord

L’émergence de la Chine comme puissance mondiale s’observe par son omniprésence sur le globe. Elle affirme sa puissance sur tous les continents, jusqu’au pôle Nord ! En effet, en ce qui a trait à la route transpolaire, même en tant que membre observateur du conseil de l’Arctique, le pays y augmente sa présence diplomatique et commerciale et multiplie les expéditions scientifiques. La Chine voit en cette route une manière stratégique de contourner certains détroits plus achalandés comme ceux de Malacca et d’Ormuz.

Une mondialisation chinoise

La Chine, parvient à concentrer la mondialisation autour de ses intérêts. Il y a les grandes firmes multinationales, dont trois des cinq plus grandes sont chinoises, soit Sinopec Group, State Grid et China National Petroleum. Mais également le projet des nouvelles routes de la soie, par lequel le pays souhaite améliorer le transport de ses marchandises. Avec ce projet, la Chine affirme plus que jamais sa puissance : elle impose sa volonté aux autres pays en les contraignant à s’endetter pour construire des infrastructures qui participeront à son rayonnement mondial. Ailleurs dans le monde, la Chine exploite les avantages comparatifs du continent africain pour s’élever sur le terrain des marchés. Les Chinois savent déceler les endroits où la régulation est moins stricte et sont en mesure de jouer avec la corruption présente sur le continent.

Le hard et le soft power

Le pays travaille à la modernisation de ses capacités navales et aériennes et effectue une transition vers la guerre moderne, signe d’un raffinement de son hard power. D’ailleurs, quant à la force militaire, les États-Unis considèrent que la Chine est le seul pays pouvant réellement les contester. Possédant l’arme nucléaire, la Chine bénéficie de la dissuasion nucléaire pour éloigner les menaces extérieures. Du côté de son soft power, le Chine redouble d’ardeur dans ses pratiques depuis les dernières années : espionnage industriel, coproduction de films américains comme outil de propagande et influence culturelle grandissante via les instituts Confucius.

L’importance des ressources

Un autre facteur de puissance de la Chine est sans équivoque sa possession de ressources naturelles. Cinquième pays producteur de pétrole à l’échelle mondiale, la Chine profite des avantages géopolitiques reliés à cette ressource. Le pays accorde une grande importance aux métaux rares, dont elle contrôle 95% de la production. Cela lui confère une puissance immense, ces métaux rapportant beaucoup d’argent et étant essentiels à la production de plusieurs produits de technologie de pointe. D’ailleurs, 90% des importations japonaises de terre rares viennent de Chine, et le pays n’hésite pas à jouer de cette dépendance pour imposer sa volonté au Japon.

Bref, la Chine s’impose partout dans le monde, dans tous les domaines, pour émerger demain sur la scène mondiale comme première puissance. Alors que le président Xi Jinping travaille sans relâche pour favoriser l’essor du pays vers cette hyperpuissance, ce n’est qu’une question de temps avant que la Chine exerce son influence dans toutes les sphères de nos vies.

Photo : Unsplash

À propos de Marie-Pascale Gagné

Marie-Pascale Gagné est étudiante en sciences humaines au
Cégep Marie-Victorin.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca