Tunisie - violations des droits de la personne

La faim et non la soumission

Conférence de presse, mercredi 16 novembre, 10h10

jeudi 17 novembre 2005, par Ahmed ABDIRAHMAN

Communiqué
Montréal, le 15 novembre 2005,
Conférence de presse

La faim et non la soumission

Mercredi 16 novembre à 10h00

Devant le consulat de Tunisie à Montréal (511, Place d’Armes)

Pour dénoncer la répression de la liberté d’expression en Tunisie où se tient le Sommet Mondial sur la Société de l’Information.

Le mercredi 16 novembre, le jour de l’ouverture en Tunisie du sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), Alternatives, Amnistie internationale, Reporters sans frontières Canada, Droits et Démocratie et la Ligue des Droits et Libertés organisent une conférence de presse pour dénoncer la répression et la censure du régime du président Ben Ali. Ces groupes de défense des droits humains apportent leur appui aux membres de la communauté tunisienne au Canada qui mèneront une action de soutien au mouvement du 18 octobre en observant une grève de la faim de 48 heures, à la Place d’Armes devant le Consulat de Tunisie à Montréal. Plusieurs citoyens de Montréal vont se joindre à cette action.

Depuis le 18 octobre 2005, sept personnalités de la vie politique et associative tunisienne observent une grève de la faim illimitée pour sensibiliser la communauté internationale aux nombreuses violations et atteintes aux libertés fondamentales en Tunisie, alors que ce pays va accueillir, du 16 au 18 novembre, la deuxième phase du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). Le SMSI, organisé par les Nations Unies est un sommet où les Etats sont censés s’entendre sur l’avenir d’Internet, aussi bien sur le plan technique que juridique. La gouvernance d’Internet, c’est-à-dire la régulation du Réseau au niveau mondial, est certainement la question la plus chaude qui sera débattue à cette occasion. La Tunisie est en proie à une véritable crise, et la situation ne cesse de se détériorer depuis l’interdiction imposée au Syndicat des journalistes tunisiens (SJT) et à la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH) de tenir leurs congrès.

La famille du président Ben Ali a le monopole sur le réseau Internet et exerce une censure absolue. Selon le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, la Tunisie se situe à la 147e place sur 167 pays recensés.

Contact presse :

Emily Jacquard : Reporters sans frontières Canada (514) 258 4208

Anne Sainte-Marie : Amnistie internationale section canadienne francophone (514) 766 9766 #230

Ahmed Abdirahman : Alternatives (514)577-3469

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Ahmed ABDIRAHMAN

Construire la paix en Palestine

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4

Articles sur le même sujet

Droits humains

Dix ans après le coup d’État, le Honduras forcé à migrer

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca