La culture ? Connais pas...

vendredi 26 septembre 2003, par Stanley PÉAN

« Profondément convaincu du rôle essentiel de la création artistique et de l’importance de la culture, pilier de la société québécoise, un gouvernement libéral entend accroître le soutien aux artistes et créateurs, source de la vitalité de la culture québécoise. » Voici les propos que tenait fièrement Mme Line Beauchamp, alors députée de Sauvé à l’Assemblée nationale et porte-parole du Parti libéral du Québec (PLQ) en matière de culture et de communications, en mars dernier.

Depuis, le PLQ a été porté au pouvoir, Mme Beauchamp a hérité du ministère auquel on la destinait, et les artistes et autres intervenants du milieu culturel ont pu constater concrètement la forme qu’allaient prendre les engagements des troupes dites « libérales » (quel beau détournement de sens, ne trouvez-vous pas ?) de Jean Charest à l’égard de la « chose culturelle ». En l’occurrence, rien que dans le domaine du livre : diminution des crédits d’impôt aux éditeurs, des budgets d’achats de livres des bibliothèques, suppression en bonne et dûe forme des programmes de « développement à la lecture » ainsi que de soutien et de structuration des librairies, et j’en passe… Quelle aberration ! Promettre un soutien aux créateurs puis mettre à mal les infrastructures sans lesquelles la diffusion de leurs œuvres est inconcevable !

En somme, tout porte à croire que cette administration libérale de nom, ultra-conservatrice dans les faits, considère le livre en particulier et la culture en général comme un secteur sans aucune importance, où l’on peut couper à loisir sans jamais s’inquiéter des répercussions. En conclusion du discours de présentation de son budget, le ministre des Finances, Yves Séguin, a eu le culot de nous servir une paraphrase éhontée d’un mot célèbre de JFK pour inviter ses concitoyens à se demander ce qu’ils peuvent faire sans l’État. Peut-être faudrait-il rappeler à ce monsieur qu’une culture nationale ne peut survivre dans l’exiguïté d’un marché comme le nôtre sans un financement adéquat.

Loin de moi l’idée que la littérature et la culture en général aient préséance sur quelque autre domaine que ce soit en matière de financement public. Je ne crois pas qu’il soit sain de mettre dos à dos les secteurs où ces deniers sont essentiels et de créer entre eux quelque rivalité. Mais je m’étonne que nos champions de la supposée réingénierie du Québec moderne, qui prétendent avoir l’avenir de cette nation à cœur et ne jurent que par l’éducation, semblent faire abstraction du lien fondamental qui justement unit la culture et sa diffusion à l’éducation.

Stanley Péan, chroniqueur culturel, journal Alternatives


L’auteur est également écrivain et animateur à l’antenne de la Chaîne culturelle de Radio-Canada.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 02

La Syrie dans l’ombre de l’Irak

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Stanley PÉAN

Fenêtre sur rue

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Articles sur le même sujet

Culture

Anarchisme : Au-delà des préjugés

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca