Essai

L’impérialisme humanitaire

Jean Bricmont

lundi 11 septembre 2006, par Juan GONZALEZ

Doit-on bombarder un peuple entier - incluant les femmes - sous prétexte que ces dernières sont soumises à un régime barbare et dégradant ? Un pays qui soutient des dictatures partout dans le monde a-t-il la légitimité pour entreprendre des « changements de régime » lorsque cela lui convient, simplement en prétendant « construire la démocratie » ? C’est à ces questions, où les considérations politiques, éthiques et morales sont aussi nombreuses que complexes, que s’attaque Jean Bricmont dans cet excellent ouvrage, et auxquelles ils répond... non !

Professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique) et auteur, avec Alan Sokal, du retentissant Impostures intellectuelles (Odile Jacob, 1997), Jean Bricmont applique à ces questions un rationalisme d’une rigueur implacable. En quelques thèses bien ordonnées, l’auteur déconstruit les mythes chers à l’Occident depuis qu’il a entrepris de conquérir le monde, du « fardeau de l’homme blanc » au « devoir d’ingérence » en passant par toutes leurs déclinaisons « démocratiques » et « humanitaires ». La gauche et les ONG n’échappent pas à l’œil scrutateur (et accusateur) de Jean Bricmont, elles qui trop souvent, en Afghanistan notamment, s’échinent à trouver les explications les plus tarabiscotées pour justifier l’injustifiable : leur appui servile à l’impérialisme le plus brutal - pourvu qu’il se drape dans les oripeaux de la « liberté ».

On retiendra notamment les arguments anti-impérialistes évoqués dans le chapitre « L’arme de la culpabilité », où l’auteur pourfend les tenants de la thèse du « ni-ni » (« ni Israël, ni le Hezbollah », dirait-on aujourd’hui). Les tenants du « ni-ni » font d’abord fi des rapports de force dans le monde, se gardent soigneusement de discriminer les agresseurs des agressés, les dominants des dominés et, ajoute Bricmont, font « comme si nous étions situés au-dessus de la mêlée, en dehors de l’espace et du temps, alors que nous vivons, travaillons et payons des impôts dans les pays agresseurs et leurs alliés ». Des arguments forts pour une opposition sans complexe aux guerres actuelles et futures.


Jean Bricmont, L’impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?, préface de Normand Baillargeon, Lux Éditeur, Montréal, 2006, 248 pages.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 13 - No. 01

Une défaite pour Israël et pour la justice

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca