L’héritage du Sommet des Amériques

mercredi 27 avril 2011, par Sébastien BOUCHARD

En avril 2001, la Ville de Québec était au cœur de l’actualité. Les chefs d’État des Amériques se réunissaient dans une cité barricadée. Depuis le déraillement de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle, on assistait à des mobilisations massives contre la mondialisation néolibérale. Québec n’allait pas rater ce rendez-vous.

Loin de se résumer à une fin de semaine, les mobilisations autour du Sommet des Amériques ont donné lieu, dans les mois précédents, à des publications de journaux, à des conférences et à de nombreuses réunions d’organisation. Tout le Québec prend conscience du danger social et environnemental lié aux négociations secrètes de la Zone de libre-échange des Amérique (ZLÉA).

Malgré une campagne de peur relayée par les médias, plus de 60 000 personnes participeront à la Marche des peuples. La journée précédente, 15000 personnes s’étaient rendues au « mur de la honte » qui coupait le centre-ville en deux et l’avaient fait tomber.

Les suites du Sommet

La mobilisation contre le Sommet des Amériques aura été une victoire. Elle aura permis de mener au rejet de la ZLÉA. Les mouvements sociaux et les gouvernements de gauche d’Amérique latine qui ont fait tomber la ZLÉA en 2006, ont souligné le rôle clé de l’opposition lors du Sommet dans leur cheminement. Québec a aussi été le déclencheur de l’élaboration d’alternatives commerciales comme l’ALBA.

Plus globalement, toute une génération de militantes et de militants a été marquée par cette époque. On la retrouve encore aujourd’hui dans les mouvements écologiste, populaire, syndical et politique.

La construction du nouveau parti Québec solidaire est aussi un héritage de l’incapacité du Parti Québécois à répondre aux attentes soulevées par les mobilisations du Sommet, mais aussi à celles de la Marche mondiale des femmes, qui avait eu lieu l’automne précédent.

La crise économique mondiale que nous traversons toujours a démontré la justesse des revendications de l’époque : déréglementer le capitalisme, c’est laisser les puissances de l’argent provoquer des krachs et des récessions. Il faut en tirer les leçons et avoir le courage politique de faire d’autres choix.


Voir en ligne : Presse-toi à gauche


Sébastien Bouchard était à l’époque coordonnateur de OQP-2001, une coalition de Québec contre la ZLÉA et est aujourd’hui co-porte-parole de Québec solidaire Capitale-Nationale.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Sébastien BOUCHARD

Le virage à droite des élites politiques québécoises

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Articles sur le même sujet

Libre-échange

Guerres commerciales

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca