ROMAN

L’espoir est une chose ridicule

De Aleksandar Hemon

mercredi 30 juin 2004, par Michèle Bernard

Ironie, sarcasme et autodérision, n’en jetez plus, la
cour est pleine. Et quelques notions géopolitiques
avec ça ? Âme tourmentée à l’écriture élégante,
Aleksandar, est bien fils des Balkans. Les critiques
le comparent aux plus grands écrivains de l’Europe
Centrale, aux Nabokov, Kundera et Kafka, ce dont se
défend avec modestie l’auteur, traduit en plus de 20 langues.

Ironie, sarcasme et autodérision, n’en jetez plus, la cour est pleine. Et quelques notions géopolitiques avec ça ? Âme tourmentée à l’écriture élégante,Aleksandar, est bien fils des Balkans. Les critiques le comparent aux plus grands écrivains de l’Europe Centrale, aux Nabokov, Kundera et Kafka, ce dont se défend avec modestie l’auteur, traduit en plus de 20 langues.

Né à Sarajevo en 1964, Aleksandar Hemon s’expatrie à Chicago en 1992 et depuis, écrit
en anglais. Il maîtrise sa nouvelle langue avec une telle virtuosité qu’on lui attribue
d’ores et déjà un prochain Pulitzer. Il transpose en anglais américain les subtilités de
la Sevdah, cette « sensation de douleur de l’âme plutôt agréable, quand on se résout tranquillement à une vie déplorable ». Millénaire sagesse bosniaque.

L’auteur manie avec une précision chirurgicale l’art de la description, qu’il parle de guerre ou
d’amour, de Sarajevo ou de Chicago, ou encore de Kiev. Ses personnages sont aussi désorientés
que la plupart d’entre nous : « Pronek Père vit des unités de l’armée creuser des tranchées dans les montagnes autour de Sarajevo, mais il crut que c’était pour protéger la ville. » Le Serbe
Brdjanin quant à lui nie sans complexe les massacres ex-yougoslaves : « C’est de la propagande
musulmane », conclut-il simplement. Et de son côté, « la grande, fine et élégante Sabrina, lors
de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Sarajevo » en 1984, perdra ses deux jambes dans un bombardement, pendant le siège de la ville.

L’alter ego de Hemon, le pragmatique Jozef Pronek, nous avait charmé dans De l’esprit chez les abrutis. Il revient ici en force, avouant n’être ni Serbe ni Croate ni Musulman mais « de Sarajevo et compliqué ».


L’ESPOIR EST UNE CHOSE RIDICULE, de Aleksandar Hemon, traduit de l’américain par Johan-Frédérik Hel Guedj, Paris, Éditions Robert Laffont, 2003, 306 pages.


collaboration spéciale

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 10 - No. 10

A quand une paix durable au Congo ?

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Michèle Bernard

Svetlana Broz, la voix des justes

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca