L’échec de Cancun

lundi 15 septembre 2003, par Journal Le Monde

La cinquième conférence de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Cancun a échoué à trouver un compromis sur les deux grands volets qu’elle devait aborder. D’abord l’ouverture de négociations sur l’investissement, la transparence des marchés publics, la concurrence et la facilitation des échanges. Les pays riches se sont heurtés à l’opposition des autres, qui refusaient d’inscrire ces discussions au programme du cycle actuel, qui doit finir en décembre 2004. La proposition de l’Europe de s’en tenir à deux thèmes a été repoussée par les pays les plus mobilisés, l’Inde, la Malaisie et les PMA (pays les moins avancés).

Sur le second volet, celui de l’agriculture, les riches se sont opposés à la détermination du groupe de 21 pays conduits par le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, qui exigent que les Européens, les Américains et les Japonais mettent fin à leurs immenses subventions (1 milliard de dollars par jour), déstabilisantes pour les agriculteurs du Sud. L’Europe a paru faire preuve d’une volonté de compromis en proposant d’isoler les seules subventions dont il est démontré qu’elles nuisent vraiment aux agricultures des pays pauvres. Mais elle a refusé de s’engager sur une date de suppression desdites subventions. L’Union européenne s’est, dès lors, heurtée à l’intransigeance des délégués du Sud.

Lire la suite de l’article sur le site Internet du quotidien français Le Monde

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca