L’austérité économique n’affecte pas les dépenses militaires

mercredi 2 juin 2010, par Pierre Haski

Quelle époque formidable ! La planète implose à cause de la dette publique, on rogne sur les dépenses de santé ou d’éducation, les problèmes alimentaires mondiaux sont loin d’être réglés, la pénurie d’eau menace… Mais il est un secteur qui se porte à merveille : les dépenses militaires mondiales, qui enregistrent en 2009 une croissance de 8% sur l’année précédente et un bond spectaculaire de 49% depuis l’an 2000. Le XXIe siècle est bien parti.

Chaque année, le rapport du l’Institut international de recherches sur la paix de Stockholm (Sipri), rendu public mercredi et qui fait référence en la matière, fournit la même matière à s’indigner, ou tout au moins à regarder avec un brin de cynisme la façon dont tourne la planète.

Au total, les dépenses militaires planétaires se sont élevées l’an dernier à 1 531 000 000 000 dollars. Ne cherchez pas à prononcer ce chiffre, il est trop gros pour entrer dans notre domaine lexical. La somme est coquette aussi en euros, même avec la baisse de la devise européenne : 1 254 457 732 271 euros.

A eux cinq, les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, qui sont censés être un peu les consciences du monde, couvrent 61% de cette somme, avec les Etats-Unis qui, à eux seuls, représentent près de la moitié de ces dépenses : 49%.

Plus fort encore, s’agissant des Américains, ils représentent 54% de l’augmentation des dépenses enregistrée entre 2008 et 2009, ce qui n’est sans doute pas près de s’arrêter avec l’accroissement des effectifs engagés en Afghanistan, parallèlement à la poursuite de la guerre d’Irak.
Les dépenses militaires grecques épinglées

Mais les cinq « grands » ne sont pas seuls fautifs : plus des deux tiers des états du monde ont accru leurs dépenses militaires l’an dernier, la plus forte hausse ayant été enregistrée dans la zone Asie-Pacifique.

Avec une pointe d’humour presque britannique, le Sipri souligne :

« Les effets profonds de la crise financière globale et de la récession économique n’ont semble-t-il eu que très peu d’effet sur les dépenses militaires mondiales. »

Cette question a été débattue lors de la crise grecque, ce pays ayant des dépenses militaires bien supérieures à la moyenne européenne en raison de ses relations tendues avec son voisin turc.

Le Sipri met en avant cinq pays -Etats-Unis, Chine, Russie, Inde et Brésil-, anciennes et nouvelles puissances du monde multipolaire, et souligne que pour eux, les dépenses militaires constituent un « choix stratégique important qu’ils sont prêts à réaliser même dans des périodes économiques plus difficiles ».

Dans le nouveau paysage mondial, le rapport du Sipri constitue un des baromètres permettant de savoir comment va la planète. La réponse est simple : mal.


Voir en ligne : Le site du SIPRI (en anglais)

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Pierre Haski

Les Touaregs du Nord-Mali, possible clé de la guerre

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Armement

Yémen, le sang des armes, les larmes des mots

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca