L’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires se joint au mouvement BDS

dimanche 23 janvier 2011

Alors que le monde se remémore le bombardement de Gaza perpétré par Israël au tournant de 2009, le mouvement de solidarité envers la Palestine poursuit la mise sur pied de la campagne de boycottage, désinvestissement et sanctions (BDS) contre l’apartheid israélien. À l’échelle planétaire, les réseaux de justice sociale s’activent plus que jamais pour appuyer la campagne de BDS, lancée en 2005 en Palestine occupée par des organismes de la société civile.

Récemment, lors de sa 10e conférence internationale, l’AMARC, l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires, a voté son adhésion au mouvement mondial de BDS.

Cette décision, une première parmi les organisations médiatiques internationales, est d’une importante cruciale compte tenu du profond engagement des radios membres de l’AMARC au sein des mouvements communautaires œuvrant pour la justice sociale en Afrique, en Asie et dans les Amériques. La radio communautaire étant depuis longtemps un élément clé dans ce type de mouvement partout dans le monde, la résolution en faveur du BDS votée en Argentine par l’AMARC met en lumière les interconnections croissantes entre le mouvement de solidarité envers la Palestine et les mouvements de libération à l’échelle mondiale : l’injustice envers l’un est une injustice envers tous.

AMARC anime un réseau de plus de 4 000 radios communautaires réparties dans plus de 100 pays. Depuis sa création, il y a plus de 20 ans, l’AMARC s’est vouée à dynamiser le secteur des radios communautaires dans le monde entier en vue de démocratiser les médias dans un contexte de concentration des grandes corporations de médias. L’AMARC « plaide pour le droit à la communication au niveau international, national, local et de quartier, défend et promeut les intérêts du mouvement des radios communautaires à travers la solidarité, le réseautage et la coopération ».

L’AMARC, véritable mouvement social mondial de lutte pour l’accès populaire aux communications, joue un rôle révolutionnaire à titre de réseau représentant les stations de radio communautaire qui œuvre nt en première ligne pour donner la parole aux sans-voix. AMARC possède une envergure véritablement mondiale, des Philippines aux communautés disséminées à travers l’Afrique. En Palestine occupée, des projets tels que le International Middle East Media Center (IMEMC), une station membre de l’AMARC, présentent régulièrement des reportages radiophoniques sur la réalité humaine des Palestiniens sous l’apartheid israélien, émissions qui sont rediffusées par des stations de radios communautaires à l’échelle mondiale.

Dans un contexte de consolidation croissante des médias directs par l’État ou les grandes entreprises, qui privent souvent les mouvements communautaires de leur voix, la radio communautaire s’est affirmée comme un carrefour de communication central pour les mouvements populaires durant les dernières décennies. L’AMARC a joué un rôle clé en facilitant ce processus et en accueillant des rassemblements autour de la planète : avant le congrès en Argentine, l’AMARC a tenu sa conférence internationale à Amman, en Jordanie. La proximité géographique et politique a fourni aux membres l’occasion de recevoir de l’information directe de la part de Palestiniens exilés en Jordanie quant à la lutte continuelle du peuple palestinien pour sa liberté.

L’initiative d’appui au BDS de la part d’un regroupement médiatique mondial accroît sur le gouvernement israélien la pression visant à lui faire lever le siège de Gaza, à mettre fin à l’occupation en Cisjordanie et à respecter le droit international vis à vis de la Palestine. Aujourd’hui, un réseau médiatique mondial peut contribuer à bâtir la campagne internationale de BDS par l’intermédiaire des mouvements populaires et de la radio communautaire.

« Dans l’histoire, les personnes de conscience issues de la communauté internationale de journalistes et de producteurs de médias ont toujours assumé leur responsabilité morale pour combattre l’injustice, comme l’a montré leur lutte en vue d’abolir l’apartheid en Afrique du Sud par différentes formes de boycottage », souligne la résolution adoptée lors de la conférence. « L’AMARC appuie l’appel au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre Israël […] en tant que contribution à la lutte contre l’occupation, la colonisation et le système d’apartheid mis en place par Israël. »

Merci de passer à l’action en appuyant l’AMARC dans sa prise de position morale en faveur de la Palestine.

Voyez ci-dessous divers moyens de vous engager :

* Lisez le texte complet de la déclaration de l’AMARC et diffusez-le dans vos réseaux. http://bit.ly/gB3Cld
Merci d’envoyer une lettre d’appui et de solidarité (courriel) à secretariat(at)si.amarc.org, en cc à info(at)tadamon.ca, ou (télécopie) à +1 514 849 7129

* Demandez à votre syndicat, votre groupe communautaire, votre station de radio locale ou votre association d’emboîter le pas à l’AMARC et d’adopter une position ou une résolution en appui à la campagne internationale de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre l’apartheid israélien.


Voir en ligne : Tadamon

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagez cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Publications

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs !

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Boycott, désinvestissement et sanctions sur Israel

Israël a désormais sa loi raciale

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca