Bashir Lazhar

L’amer courage

jeudi 1er février 2007, par Jean-Simon GAGNÉ

Avec sa pièce Bashir Lazhar, l’auteure Évelyne de la Chenelière réussit le tour de force d’évoquer le drame poignant d’un réfugié sans excès de prêchi-prêcha ou de pathos. Et sans jamais se départir d’une pointe d’humour. On voudrait tendre la main à cet attachant professeur, avant qu’il ne soit trop tard.

Bashir Lazhar, c’est le professeur remplaçant. Un immigrant parmi tant d’autres. Celui que vous ne voyez pas. D’ailleurs, même si vous l’aperceviez, par un incroyable hasard, vous l’oublieriez aussitôt. Bashir Lazhar, c’est un Arabe qui ne croit pas en Dieu. Un Arabe qui a peur des extrémistes. Un Arabe qui lit Honoré de Balzac à des élèves québécois. Si discret, si humain, si étranger, qu’il n’a pas de place pour exister. Bashir Lazhar a échappé à la guerre civile en Algérie, sans se douter que la vie allait le broyer quand même. Comme elle a broyé son petit commerce, son pays, sa famille. Rideau.

Seul sur la scène, comme dans la vie, le personnage de Bashir Lazahr renvoie à une figure très présente dans la littérature arabe contemporaine : celle de l’homme de bonne volonté, confronté à une société profondément inhumaine. On pense au roman Le comité, de l’Égyptien Ibrahim Sonallah. Ou encore à Pays de nuit, de l’Irakien Janane Jassem Hillawi. Et le jeu subtil du comédien Denis Gravereaux contribue encore à donner du relief à ce perdant magnifique. À ce survivant qui sait qu’on ne revoit jamais les gens qui meurent, parce que « la mort n’a pas de prix de consolation ».

Ceux qui sont familiers avec le théâtre d’Évelyne de la Chenelière retrouveront dans Bashir Lazhar plusieurs traits caractéristiques. À commencer par une tendresse et un souci du détail qui rendent le propos parfaitement authentique, même lorsqu’on bascule en plein drame. Au moment de prendre les présences, le professeur Bashir Lazhar arrive à écrire d’un trait « Abdelmalek Merbah », mais il a du mal à épeler « Camille Soucy ». De même, il n’en finit pas de s’étonner des particularités du système scolaire québécois qui accorde une large place au vécu et à l’expression de l’élève du moment que cela ne prête guère à conséquence.

Le hasard, qui fait toujours bien les choses, paraît-il, a voulu que la pièce Bashir Lazhar prenne l’affiche au beau milieu de la controverse sur les accommodements raisonnables. Du coup, certains critiques ont voulu y voir beaucoup de choses. À commencer par des messages qui n’y figuraient pas. Contre toute attente, Bashir Lazhar a parfois été présenté comme une pièce de théâtre engagée. Presque un manifeste politique. Sachant que la pièce a été écrite avant les attentats du 11 septembre 2001, certains y ont même décelé des images prophétiques !

Évelyne de la Chenelière admet que ce tapage médiatique suscite chez elle des sentiments partagés. « Je pourrais me réjouir, parce que cela aide beaucoup d’un point de vue promotionnel. Mais je trouve cela un peu troublant. Il faut être prudent avec ce que l’on fait dire à une pièce. En l’écrivant, j’étais consciente de sa dimension politique. Mais ce n’est pas une pièce qui dénonce à gros traits. Surtout pas un pamphlet. Pour moi, c’est une fable qui a une portée beaucoup plus large que les accommodements raisonnables [ou même les ratés du système scolaire]. Ce qui est dur, c’est qu’on finit par avoir le sentiment de ne pas avoir été compris. »

Le Théâtre d’aujourd’hui a pris l’initiative d’organiser une courte discussion avec les spectateurs au terme de chaque représentation. Ce qui a permis de constater que Bashir Lazhar attire un public qui dépasse les seuls habitués du théâtre. « Que cela nous plaise ou non, il faut bien admettre que le théâtre, c’est un peu un art élitiste, confie Évelyne de la Chenelière. Ça devient même un peu essoufflant. Parfois, on est frappé par le sentiment d’être un peu futile. Mais avec Bashir Lazhar, c’est tout le contraire. Je suis émue de voir toutes sortes de gens discuter après le spectacle. Des gens qui ne se seraient probablement jamais adressé la parole en d’autres circonstances. »

« On me parle beaucoup de la dignité de Bashir Lazhar, explique-t-elle. Les spectateurs apprécient beaucoup sa retenue, sa pudeur. » De fait, même au bord de l’abîme, après avoir tout perdu, Bashir Lazhar n’abandonne jamais sa proverbiale humanité. La haine lui semble étrangère, au point où ses moments de révolte ressemblent davantage à des bouteilles lancées dans l’univers. « Je demande au Grand Patron une petite révision, s’écrit-il à la fin. S’il pouvait revoir sa décision de m’enlever ce que j’ai de plus précieux au monde, ce me serait bien utile pour fonctionner dans la vie. Je sais que la queue est longue au bureau des plaintes, mais tout de même, s’il pouvait me rendre ma famille, je lui ferais une publicité extraordinaire. »

Et le mot de la fin appartient à une élève nommée Alice, dont la conclusion résume avec la précision d’une lame de rasoir le drame de Bashir Lazhar. « L’estime de soi d’un remplaçant, c’est fragile, parce qu’à force de remplacer les autres, c’est dur de prendre sa place dans la vie. »


BASHIR LAZHAR
Texte d’Évelyne de la Chenelière
Mise en scène de Daniel Brière
Avec Denis Gravereaux
Au Théâtre d’aujourd’hui jusqu’au 24 février 2007.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 13 - No. 05

L’heure des bilans

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles du même auteur

Jean-Simon GAGNÉ

Aux États-Unis, 91 % des stations de radio préfèrent la droite...

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Éducation

Grèves spontanées d’enseignants aux États-Unis et stagnation des luttes en France

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca