L’Arabie Saoudite, une monarchie répressive et misogyne, armée par le Canada

jeudi 22 mai 2014, par Suzie de Nazareth

En décembre dernier notre ministre des Affaires étrangères, John « Voltaire » Baird, était en Ukraine pour défendre la démocratie :

« Nous nous sommes engagés à travailler avec les gens de l’Ukraine dans leur développement démocratique et c’est un engagement à long terme. Nos aspirations pour ce peuple sont la prospérité, la croissance économique et les valeurs de la démocratie, le droit de la personne, le droit d’avoir des manifestations sans violence. » Le Canada parle démocratie en Ukraine, Radio-Canada, 4 décembre 2014

Wow. « C’est beau l’altruisme », aimerait dire cette larme imaginaire qui ne coule pas sur ma joue en voyant John Baird poser à côté du fasciste ukrainien renommé, Oleh Thyanybok. Elle coulerait peut-être, cette larme, si ce discours pseudo humanitaire n’était pas que de la pure bullshit. Si les Conservateurs étaient vraiment attachés à la démocratie et aux droits de la personne, ils n’appuieraient pas Israël, ses occupations illégales et son régime d’apartheid. Et ils ne vendraient pas d’armes à une monarchie misogyne et répressive qui arme et finance le terrorisme en Syrie.

Parce que deux mois plus tard, en février, le Globe nous apprenait que les Conservateurs célébraient « un grand succès de la diplomatie canadienne » : une vente d’armes à l’Arabie Saoudite de 10 milliards de dollars. (Steven Chase, Richard Blackwell, Ottawa touts sale of military vehicles to Saudi Arabia, The Globe and Mail, 14 février, 2014)

Vous n’en avez pas entendu parlé ? C’est parce que vous ne lisez pas La Presse Affaires ! Eh oui ! Il y a eu un seul article dans La Presse là dessus et il est dans La Presse Affaires. En plus c’est un article de l’Agence France-Presse. Selon les règles journalistiques en vigueur chez Gesca, cette nouvelle est sans importance dans la politique internationale et ce ne sont pas les Mario Roy, Agnès Gruda ou Yves Boisvert qui vont s’indigner du fait qu’on arme des monarques misogynes. C’est business as usual. (General Dynamics : contrat de 10 milliards avec l’Arabie saoudite, La Presse Affaires, 14 février 2014.)

À Rrrédio Canada, on n’a rien vu d’intéressant dans cette nouvelle non plus. Un seul article là aussi, dans la section régionale de l’Ontario, que tout Québécois qui se respecte lit avec beaucoup d’intérêt, avec un titre plate à mourir et, ma foi, le moins explicite possible : « Un contrat d’au moins 10 milliards $ pour une entreprise de London ». Ça dit crissement rien ce titre-là ! Suzie appliquerait bien à Rad-Can pour faire des titres, mais la pressetitutions, c’est contre ses valeurs. C’est dommage parce que front page avec un titre genre « L’Arabie Saoudite, une monarchie répressive et misogyne, armée par le Canada », me semble que ça sent le viral.

Entéka, le tit monsieur à la tête des Manufacturiers et exportateurs du Canada, lui tripe à fond sur ce contrat-là, nous apprend le Globe : Jayson Myers, président des Manufacturiers et exportateurs du Canada a glorifié le contrat : « Il s’agit d’une victoire olympique pour le Canada et pour les manufacturiers canadiens. Cela démontre comment des gens extraordinaires au sein de compagnies vraiment innovatrices comme General Dynamic Land Systems Canada peuvent compétitionner au niveau international et ramener l’or à la maison. Comme toutes les victoires, elle est le résultat d’un travail d’équipe dans lequel le gouvernement a joué un rôle crucial. Tous les Canadiens devraient être fiers de cette réussite. »

Attends. Une « victoire olympique » ? « Tous les Canadiens devraient être fiers » ? On devrait être fiers de fabriquer de l’armement et de le vendre à une monarchie misogyne et répressive ? Suzie cherche des mots dans sa tête, mais il y en a juste des gros qui ne passent pas l’autocensure. Ah pis fuck ! Are you fucking kidding me Jayson Myers ?

En 2012, avec « seulement » 4 milliards de dollars, l’Arabie Saoudite était le plus important bénéficiaire de la vente canadienne d’armes à l’étranger. On imagine qu’avec 10 milliards, elle le demeure. On pouvait lire dans le Ottawa Citizen en 2012 : Les compagnies d’armement canadiennes ont eu le champ libre l’an dernier puisque le gouvernement a triplé le montant permis pour l’exportation d’armes et de munitions militaires, le portant à plus de 12 milliards de dollars.

Le plus important bénéficiaire, avec 4 milliards de dollars, était l’Arabie Saoudite, qui aurait utilisé des véhicules blindés faits au Canada afin de réprimer des manifestations antigouvernementales au Bahreïn voisin durant les premiers jours du printemps arabe. (David Pugliese, Canadian Arms Exports Hit $12 Billion Last Year – $4 Billion Sent to Saudi Arabia, Ottawa Citizen, 23 février 2012)

Donc, la prochaine fois qu’un wanna be Voltaire à la John Baird nous dit que « nos aspirations » pour un peuple quelconque « sont les valeurs de la démocratie, le droit de la personne, le droit d’avoir des manifestations sans violence », ce serait le fun que nos soi-disant journalistes lui dise poliement kek chose du genre : « Dude, you’re full of shit. »

Suzie de Nazareth


Voir en ligne : Le Couac

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Articles de l’extérieur

Poing de fer contre la défense de la santé et de l’éducation publique

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Articles sur le même sujet

Médias

La persécution de Julian Assange et ses répercussions sur la liberté de la presse au Canada

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca