Kirghizistan

lundi 25 avril 2005, par Miriam FAHMY

Le Kirghizistan (officiellement République kirghize) est un pays d’Asie centrale. D’une superficie de 198 500 km. Le pays est presque totalement montagneux et dispose de peu de ressources naturelles. L’économie est essentiellement tournée vers l’agriculture : le secteur agricole produit 35,6 % du PIB et emploie plus de la moitié de la population. Ancienne république de l’URSS, son économie s’est ralentie considérablement lorsque le Bloc soviétique s’est effondré. Les deux tiers de la population vivent dans la pauvreté. Le revenu national brut par habitant est de 340 dollars.

Plus du tiers de la population de 5 millions d’habitants a moins de 15 ans. L’espérance de vie est de 68,6 ans et le taux d’alphabétisation des adultes de 97 %.
Le groupe ethnique majoritaire kirghize (69,5 %) est d’origine turque. Il existe plus de 30 groupes minoritaires, dont les plus importants sont les Ouzbeks (14,5 %) et les Russes (9,0 %) - bien qu’en 1999, le Comité national de la statistique de la République de Kirghizie ne reconnaissait que 12 groupes ethniques. Les Kirghizes, les Ouzbeks et d’autres ethnies non slaves (turcophones) sont en général des musulmans sunnites alors que les Russes sont chrétiens orthodoxes.
Le Kirghizistan est une république unitaire divisée en sept régions administratives (oblastar) et une ville (Bichkek).

Quelques dates :

1870 : La Kirghizie est annexée par la Russie et fait partie du Turkestan.

1918 : Le régime soviétique est instauré.

1928 : le Kirghizistan devient la République socialiste soviétique autonome de Kirghizie.

1936 : La République est intégrée au Bloc soviétique.

Octobre 1990 : Des élections libres portent Askar Akaiev à la présidence. Il rebaptise le pays République du Kirghizstan, tandis que Frounze, la capitale, reprend son nom présoviétique : Bichkek.

31 août 1991 : Le Kirghizistan vote son indépendance de l’URSS. La Kirghizie adhère cependant à la Communauté des États indépendants à la fin de la même année.

1993 : Adoption de la constitution qui définit le statut de République.

Années 1990 : L’économie connaît une croissance rapide grâce à une réforme agraire et à l’exploitation de la mine d’or de Kumtor (une coentreprise canado-kirghize). Le régime du président Askar Akaiev devient de plus en plus autoritaire.

1998 : La République kirghize devient la première des anciennes républiques soviétiques à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce, mais la crise financière régionale interrompt soudainement la progression économique du pays.

Octobre 2000 : Second mandat du président Akaiev.

27 février et 13 mars 2005 : Les élections législatives maintiennent Akaiev au pouvoir. Elles sont cependant dénoncées comme frauduleuses par les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. L’opposition demande la démission d’Akaiev ; dans le sud du pays des milliers de Kirghizes manifestent leur mécontentement.

24 mars 2005 : à Bichkek, 15 000 manifestants partisans de l’opposition prennent d’assaut l’immeuble abritant la présidence pour découvrir que le bâtiment est vide, le président Askar Akaiev et sa famille ayant déjà quitté le pays. Les forces d’opposition saisissent cette occasion pour prendre la tête du mouvement de protestation. Ils établissent un gouvernement intérimaire dont Kourmanbek Bakiev, ancien premier ministre, devient le président par intérim. Ils promettent de développer de nouvelles structures politiques et de régler certains problèmes constitutionnels sérieux. Une nouvelle élection présidentielle devrait se tenir en juin 2005, et des élections législatives trois mois après.

3 avril 2005 : En exil à Moscou, Akaiev annonce enfin sa démission.

Vous avez aimé cet article?

  • Le Journal des Alternatives vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.

    Je donne

Cet article est classé dans :

Partagé cet article sur :

  •        
Articles de la même rubrique

Volume 11 - No. 08

La révolution kirghize, entre changement et continuité

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Articles du même auteur

Miriam FAHMY

LA MINISTRE ODA DOIT CONFIRMER LE FINANCEMENT D’ALTERNATIVES

Plus d'articles :  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Je m’abonne

Recevez le bulletin mensuel gratuitement par courriel !

Je soutiens

Votre soutien permet à Alternatives de réaliser des projets en appui aux mouvements sociaux à travers le monde et à construire de véritables démocraties participatives. L’autonomie financière et politique d’Alternatives repose sur la générosité de gens comme vous.

Je contribue

Vous pouvez :

  • Soumettre des articles ;
  • Venir à nos réunions mensuelles, où nous faisons la révision de la dernière édition et planifions la prochaine édition ;
  • Travailler comme rédacteur, correcteur, traducteur, bénévole.

514 982-6606
jda@alternatives.ca